Si le monde fait face à une crise alimentaire, le Vietnam se trouve en dehors de tout danger de pénurie de riz grâce à une production et des réserves nationales abondantes. Entretien avec Pham Hoàng Ngân, expert de l'Institut des politiques et stratégies pour le développement agricole et rural.

En tant que deuxième exportateur de riz au monde, selon vous, quelle est la situation du Vietnam au regard de l'actuelle crise alimentaire mondiale ? Lors du 1er trimestre 2008, nous avons exporté 930.000 tonnes de riz, soit une croissance de 14% en glissement annuel, alors que la Thaïlande en a exporté 3,26 millions de tonnes (+ 66%). Selon les prévisions, entre 2007 et 2017, les exportations thaïlandaises et vietnamiennes devraient représenter la moitié du commerce mondial de ce produit.

Pouvez-vous nous faire le tableau de l'état actuel de la consommation et de la production de riz au Vietnam ? Le besoin en riz de la population vietnamienne a tendance à diminuer. Ainsi, si la moyenne de la consommation d'un Vietnamien était de 155,6 kilos en 1992, elle est passée à 124 kilos en 2004. Quant à la production, l'année dernière, la superficie totale destinée à la riziculture a atteint 7,2 millions d'hectares avec un rendement jugé relativement stable. Par exemple, lors de la campagne d'hiver-printemps, le rendement en paddy dans le delta du Mékong a été assez élevé, en moyenne de 60 quintaux l'hectare, voire de 80 à 85 quintaux. Avec une production d'environ 9,3 millions de tonnes, déduction faite de la consommation régionale pour toute l'année, le delta du Mékong a des réserves d'environ 3,8 millions de tonnes. Quant aux provinces du Nord, le retard subi par les cultures n'a pas eu beaucoup d'influence sur le rendement et le volume de la production, selon le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (MADR).

Quelle est la production annuelle de paddy ainsi que la répartition entre consommation domestique, exportations et réserves nationales ? La production nationale de paddy a atteint l'année dernière les 35,87 millions de tonnes dont 27,7 millions transformés en riz. Le reste sert de semence et d'alimentation pour l'élevage. De la sorte, le Vietnam a disposé de 17,7 millions de tonnes de riz répartis à hauteur de 12,73 millions de tonnes pour la consommation domestique, de 4,5 millions de tonnes pour l'exportation et le solde stocké dans les réserves nationales.

Sur quelles bases le volume des réserves nationales est-il fixé ? En fonction de la production, de la consommation et des objectifs de sécurité alimentaire. Le Département des réserves nationales collabore chaque année avec les ministères et services concernés pour présenter au gouvernement la planification pour le riz, comprenant le volume, le taux paddy-riz, les quantités achetées et vendues, etc. Ceci dit, la réalité est quelque peu différente car le volume stocké est toujours supérieur au niveau de sécurité dans les réserves nationales, tenant compte des stocks chez les compagnies alimentaires des villes et provinces ou encore dans les usines de transformation. En cette période de crise alimentaire mondiale, le gouvernement devra faire, certes, des réajustements pour les réserves de riz. Fin 2007, les réserves nationales ont augmenté de 400.000 tonnes par rapport au début de l'année.

Et au regard du développement de la riziculture au Vietnam, quelle stratégie pour demain et plus tard ? Le MADR collabore actuellement avec les ministères et services concernés dans l'élaboration d'une stratégie de développement de la riziculture vers 2015 et ses orientations pour 2020. Selon les prévisions, celle-ci, qui fixe précisément, entre autres, les superficies culturales dans chaque région, sera soumise au gouvernement au cours du 3e trimestre de cette année.

L'Institut des politiques et stratégies pour le développement agricole et rural, pour sa part, fournira ses analyses et prévisions de l'offre et de la demande tant mondiales que nationales. Après révision des politiques en vigueur, il en proposera d'autres, plus efficientes, pour la production et la consommation afin de garantir la sécurité alimentaire dans le pays.

En outre, des politiques spécifiques à la sécurité alimentaire sur le marché national et à la maîtrise de la hausse des prix des produits alimentaires sont en cours d'élaboration par le ministère de l'Industrie et du Commerce, en collaboration avec le MADR. Les exportations de riz sont fixées cette année à 3,5-4 millions de tonnes environ.

Par Linh Thao - Le Courrier du Vietnam - 2 mai 2008