S'inscrivant dans le cadre du projet "Renouveler les mécanismes et les politiques pour mieux attirer et recruter les intellectuels dans et hors du pays", cet événement a vu la participation d'un bon nombre de représentants des branches d'activités et services concernés.

À signaler tout d'abord l'intervention d'un représentant du Comité chargé des Vietnamiens résidant à l'étranger : "Il ne faut pas faire de ségrégation entre les intellectuels nationaux et leurs confrères Viêt kiêu. Il vaut mieux leur appliquer une politique d'encouragement commune", a-t-il dit.

Quant à Trân Hà Anh, président du Club scientifique et technologique des Viêt kiêu, bien que ce projet bénéficie de l'approbation unanime des conférenciers, "il devrait étudier soigneusement la situation actuelle des intellectuels, tant nationaux que Viêt kiêu, afin de mieux comprendre leurs points forts et faibles, leurs conditions et moyens de travail".

Partageant son opinion, Hoàng Anh Tuân, vice-président de l'Union des associations scientifiques et technologiques de Hô Chi Minh-Ville, a déclaré que ce projet était cependant limité aux intellectuels vietnamiens et Viêt kiêu. Toujours selon M. Tuân, "il faut également une politique orientée vers les experts étrangers". Et d'ajouter qu'il est nécessaire que "les politiques proposées soient réellement et entièrement appliquées et ne restent pas du domaine du discours théorique".

À noter que ce projet suggère également la création d'instituts et de centres de recherches sur le modèle de l'Institut des sciences et des calculs de Hô Chi Minh-Ville. Les Viêt kiêu qui se verraient confier des postes de directeur d'institut bénéficieraient d'un salaire mensuel de 20 à 25 millions de dôngs, y compris la prise en charge du logement (40 dollars par jour) et de 2 billets d'avion par an. Quant aux chefs de laboratoire, un salaire mensuel de 18 millions de dôngs leur serait accordé, y compris la prise en charge du logement et de 2 billets d'avion par an.

Par Nhât Minh - Le Courrier du Vietnam - 26 mai 2008