Quelques centaines de Khmers krom étaient réunis mercredi 4 juin pour marquer le 59ème anniversaire de la perte du Kampuchea krom, au profit du Viêtnam. La cérémonie s'est déroulée à Phnom Penh, dans le quartier de Toeuk Thla, sur un terrain de dimension réduite en raison de l'interdiction prononcée par la municipalité d'utiliser un espace public. Des personnalités étaient présentes, telle la princesse Sisowath Pong Neary Mony Pong, représentant le roi Sihamoni, ainsi que des députés du Parti Sam Rainsy et des représentants des Khmers kroms d'outre-mer.

Un texte de Son Soubert, retenu à l'étranger, a été lu en son absence. Membre du Conseil constitutionnel et président du Conseil de la communauté des Khmers kroms, cette personnalité a signé un discours assez virulent. « Les Khmers kroms sont torturés par le gouvernement vietnamien. Les libertés culturelles, religieuses et juridiques sont bafouées par les autorités de Hanoï », était-il déclaré. Le pouvoir cambodgien n'est pas épargné : « le gouvernement royal ne protège pas les ressortissants Khmers kroms et rejette leurs demandes d'aide ou d'intervention en leur faveur. On se rappelle de cette affaire, lorsque les autorités de la province de Takéo ont obligé le bonze Tim Sakhorn a quitté le froc, car il soutenait leur cause ».

Ang Chan Rith, président de l'Organisation de protection des droits de l'homme au Kampuchea krom, a demandé dans son élocution aux électeurs cambodgiens « de voter pour les partis politiques qui défendront les droits des Khmers du Viêtnam ». Son Chay, député du PSR, a promis quant à lui de défendre leurs droits lors de son mandat parlementaire.

Une autre cérémonie avait lieu au même moment, dans une autre atmosphère, dans la pagode Ang Taminh, de l'arrondissement de Dang Kor. Environ 700 personnes y ont participé, sous la direction de Kim Van Chheng, coordinateur du Comité des Khmers kroms, proche du Parti du peuple cambodgien. « Il s'agit clairement d'une cérémonie bouddhique, sans relents politiques, qui ne veut pas porter atteinte aux bonnes relations entre le Cambodge et le Viêtnam », a-t-il affirmé.

Pour mémoire, on compte environ un million de Khmers kroms vivant actuellement au Sud Viêtnam. Le rattachement de l'ancienne Cochinchine au Cambodge est un souhait toujours émis par quelques partis politiques.

Par Nhim Sophal - Cambodge Soir - 5 juin 2008