À sa sortie de prison, Tim Sakhorn a été escorté par les autorités vietnamiennes dans son village natal, dans la province d’An Giang, où une fête a été organisée en son honneur. Les autorités locales ont affirmé que Tim Sakhron s’était vu remettre une maison et un terrain, dans le but apparent de l’inciter à rester au Vietnam.

Tim Sakhorn est apparu en vêtements civils et semblait en bonne santé, ont indiqué des villageois cités par Human Right Watch.

Quelques heures après son arrivée, Tim Sakhron a quitté son village, toujours escorté par les autorités, qui l’auraient ensuite conduit à Hô-Chi-Minh-Ville.

« Tim Sakhorn doit être libre de ses mouvements, a exigé Brad Adams, de Human Rights Watch. Le gouvernement cambodgien doit confirmer publiquement qu’il est libre de retourner au Cambodge, dont il est ressortissant. »

Membre de la communauté khmère khrom, Tim Sakhorn, 40 ans, a été moine pendant 17 ans dans une pagode de la province de Takeo. Membre de la Fédération Khmer Kampuchea Krom, il a ouvertement pris position pour les droits de la minorité khmère krom. Selon la presse gouvernementale vietnamienne, il aurait incité les Khmers Krom vivant au Vietnam à se rebeller contre les autorités.

Tim Sakhorn a été arrêté le 30 juin 2007 au Cambodge, où il a été contraint de quitter le froc par un ordre du patriarche suprême Tep Vong, avant d’être extradé vers le Vietnam. Le 8 novembre 2007, la justice vietnamienne l’a condamné à un an de prison pour avoir « menacé l’unité nationale », en infraction avec l’article 87 du code pénal vietnamien.

Cambodge Soir - 3 Juillet 2008