C'est une bonne nouvelle pour les quelque 84.000 étrangers (diplomates, investisseurs, experts, scientifiques, étudiants...) qui vivent dans le pays, pour la plupart à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville, selon le ministère de la Construction. Actuellement, ils louent environ 1.300 appartements dans la capitale et 4.000 dans la mégapole du Sud.

Le cabinet présidentiel vient de présenter une résolution sur la vente à titre expérimental d'appartements à des organisations ou particuliers étrangers. Pour les particuliers, le droit de propriété sera valable 50 ans au maximum depuis l'attribution du droit d'utilisation immobilière. Pour les organisations, il équivaudra à la durée de la licence d'investissement ou d'activités. Ensuite, le logement pourra être revendu ou offert.

Selon ce document, 6 groupes d'étrangers pourront être propriétaires : investisseur au Vietnam sous forme d'investissement direct ; personnes méritoires envers le Vietnam et ayant reçu à ce titre des distinctions honorifiques (Médaille ou Ordre) par le président de la République ou le gouvernement; personnes ayant des contributions spéciales reconnues par le Premier ministre; personnes des secteurs de la culture ou des sciences travaillant au Vietnam, dotées de diplômes universitaires ou de titres honorifiques, ou bien spécialistes dans des domaines où le pays a des lacunes; personnes mariées avec des citoyens vietnamiens; entreprises à participation étrangère (à l'exclusion de celles opérant dans le secteur immobilier).

Les organisations et les particuliers étrangers qui travaillent au Vietnam seront autorisés à être propriétaires d'appartements dans des projets de logement à but lucratif, pour un délai de 50 ans au maximum à partir de la date de délivrance de l'attestation sur leur droit d'utilisation de l'appartement ou du terrain (pour les particuliers étrangers) et de l'attestation d'investissement (pour les organisations étrangères), à condition que les appartements ne soient pas situés dans des secteurs où la présence des étrangers est limitée ou interdite.

Par Thê Linh - Le Courrier du Vietnam - 23 juillet 2008