C'est une nouvelle épreuve de force qui se dessine en mer de Chine, dans le secteur très convoité des îles Paracel, revendiquées par la Chine et le Vietnam. Cette zone, qui longe la cote vietnamienne du nord au sud, est riche en pétrole mais pratiquement inexploitée, en raison des conflits sur ces espaces maritime.

Cela n'a pas empêché le gouvernement vietnamien d'accorder une autorisation d'exploration à Exxon Mobil. Un accord a été conclu entre le géant américain et la compagnie nationale Pétrovietnam.

La réaction de Pékin n'a pas tardé, non pas en direction du Vietnam, mais plutôt du groupe pétrolier américain, qui fait objet de fortes pressions diplomatiques et commerciales. Des diplomates chinois en poste à Washington ont multiplié les protestations. La Chine rappelle que, l'année dernière, elle a déjà obtenu le retrait de la compagnie British Petroleum, qui s'était aventurée sur ces zones contestées.

Mais surtout, Pékin met en garde implicitement le N° 1 mondial contre une initiative qui pourrait avoir des effets malheureux sur ses activités en Chine.

Une menace à peine voilée, mais qui pour l'instant ne semble pas inquiéter les dirigeants d'Exxon Mobil. Le groupe fait savoir qu'il ne doute pas de la souveraineté du Vietnam sur cette zone.

Pour l'instant, le ministère chinois des Affaires étrangères n'a toujours pas réagi officiellement.

Par Marc Lebeaupin - Radio France Internationale - 22 Juillet 2008