Les foyers répondant aux critères de famille démunie bénéficieront de logements sociaux, selon Nguyên Trân Nam, vice-ministre de la Construction.

Les statistiques des localités montrent qu'au 31 décembre 2007, 667.254 foyers pauvres avaient des difficultés de logement, dont 106.000 dans une situation particulièrement difficile. Le fonds d'assistance au logement pour ces foyers s'élève à 10.008 milliards de dôngs, 4.670 milliards étant financés par le budget d'État et 5.338 milliards, par des crédits de la Banque des politiques sociales.

Ce projet de logements sociaux sera mis en œuvre d'ici 2011 avec pour objectif de construire 700.000 appartements dans l'ensemble du pays. L'État accordera des fonds pour construire des immeubles de 5 à 6 étages comprenant des appartements d'une superficie de 30 à 60 m2. En outre, ce projet assistera aussi les démunis pour construire par eux-mêmes leur maison d'une superficie minimale de 24 m2. La liste des bénéficiaires de ces politiques sera être soumise aux autorités compétentes par la localité. Chaque foyer sélectionné recevra une enveloppe de 7 millions de dôngs et des crédits préférentiels de 8 millions de dôngs. Pour ceux vivant dans les régions lointaines et reculées, une somme supplémentaire d'un million de dôngs sera accordée pour assumer le coût supérieur du transport des matériaux de construction.

Par ailleurs, le gouvernement table également sur son projet de location ou de leasing de logements sociaux pour les personnes de faibles revenus sur une durée de 30 à 40 ans.

La construction de tels logements rencontre des difficultés dans plusieurs localités. Ainsi, à Hô Chi Minh-Ville, la superficie de terrains publics pouvant être employée pour des logements sociaux n'est pas élevée. Les mécanismes financiers ne facilitent pas leur construction par les entreprises, en témoignent les seuls 23 projets du programme de logements pour personnes de faibles revenus achevés en 2 ans de mise en oeuvre sur les 49 que ce dernier comprend, pour une superficie de 759.510 m2. À comparer aux près de 100.000 appartements à loyer modéré et 50.000 pour ouvriers des zones industrielles et franches dont la mégapole du Sud a besoin pour la période 2006-2010.

Logements pour ouvriers

Le pays compte actuellement 154 zones industrielles employant environ un million d'ouvriers. Parmi eux, si 700.000 ont besoin de se loger, ils ne sont que seulement de 7% à 10% à avoir accès aux habitations construites par des entreprises ou l'État. Les autres doivent se débrouiller en louant des petites chambres implantées autour des zones industrielles et où de modestes conditions de vie quotidienne manquent.

À Hanoi, après son projet de logements pour ouvriers dans la zone industrielle Bac Thang Long, la municipalité élabore actuellement un autre projet du même genre pour 3 autres zones industrielles. Toutefois, ces efforts sont " une goutte d'eau dans la mer ", car les 5 zones industrielles ainsi que les 18 petits et moyens groupes industriels de Hanoi emploient 66.133 ouvriers. Rien que la zone industrielle de Bac Thang Long, qui comptabilise 37.200 ouvriers, ne fournit des logements à 9.000 du total des 24.000 personnes d'autres provinces ayant besoin d'un habitat dans la capitale.

Pour remédier à cette situation, le ministère de la Construction a soumis au gouvernement des politiques de privilèges fiscaux pour les constructeurs de logements sociaux. L'entreprise participant à un tel projet bénéficierait d'un taux préférentiel d'imposition sur le revenu, outre d'autres privilèges.

Pour sa part, la province de Binh Duong (Sud) encourage les entreprises à construire des logements sociaux avec à la clé le bénéfice de plusieurs politiques de privilèges, tels que l'exemption de frais d'utilisation et de location du terrain. Ces entreprises sont également favorisées pour emprunter des capitaux issus du budget d'État réservé au développement des logements sociaux.

Par Giang Ngân - Le Courrier du Vietnam - 25 Juillet 2008