C'est la première fois que l'AVNC soutient le village Hoà Binh. La délégation a exprimé sa sympathie pour les victimes de douleurs physiques et psychiques causées par l'agent orange/ dioxine et a contribué à aider les petits handicapés à surmonter les difficultés, à améliorer leur vie. Certains membres de la délégation n'ont pas caché leur émotion devant les difficultés des victimes. Ils espèrent pouvoir plus les aider dans les temps prochains. Selon le président de la section hanoïenne de liaison avec les Vietnamiens de Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu, Nguyên Van Ngân, malgré leur éloignement du pays, les membres de la délégation veulent entreprendre plus souvent des activités humanitaires envers les déshérités afin les soutenir matériellement et moralement.

Sur la raison du choix du village Hoà Binh pour mener une activité humanitaire, la vice-présidente de l'AVNC, Christine Brodin Hôi, a déclaré : " En Nouvelle-Calédonie, nous avions entendu du village Hoà Binh où sont prises en charge des petites victimes de l'agent orange/dioxine. Donc, pour ce voyage au Vietnam, nous avons décidé de parrainer des enfants handicapés de ce village selon une convention entre les 2 établissements".

Ce premier geste au Vietnam de la délégation ouvre officiellement des activités philanthropiques envers les handicapés vietnamiens, essentiellement les victimes de l'agent orange/dioxine du village Hoà Binh.

Parallèlement, les membres de l'AVNC souhaitent découvrir, chercher à s'imprégner plus de la culture, la tradition du pays natal d'où ils sont partis depuis longtemps.

Par Thu Hà Ngô - Le courrier du Vietnam - 12 septembre 2008