Selon le Parti démocratique du peuple et le Viet Tan, basé en Californie et que Hanoï qualifie de terroriste, les forces de l'ordre auraient arrêté au moins cinq militants ces derniers jours.

Parmi eux figurerait l'écrivain Nguyen Xuan Nghia, un leader selon le Viet Tan du bloc pro-démocratie 8406, fondé le 8 avril 2006 et qui appelle au pluralisme politique au Vietnam.

Interrogées par l'AFP, les autorités vietnamiennes n'avaient, à ce stade, pas réagi à ces affirmations.

Le Viet Tan souligne la nervosité de Hanoï alors que s'ouvre une troisième semaine de protestations de catholiques dans un quartier de la capitale, Thai Ha. Le contentieux, qui a donné lieu à des face-à-face tendus avec la police, porte sur des terrains saisis il y a plusieurs décennies par les communistes et que les catholiques veulent récupérer.

Les deux partis notent aussi l'approche d'un cinquantenaire délicat pour le pouvoir: l'anniversaire de l'envoi, le 14 septembre 1958, d'une lettre à Pékin du Premier ministre du Nord-Vietnam d'alors, Pham Van Dong, reconnaissant les eaux territoriales chinoises sur une distance incluant les archipels des Spratleys et Paracels.

Cette concession avait été faite au moment où Hanoï s'appuyait sur l'aide de la Chine pour combattre le Sud-Vietnam.

Depuis le contentieux n'a pas été réglé et alimente les débats sur le web, notamment sur les sites dissidents qui dénoncent la politique chinoise et, plus récemment, la note de 1958 de Pham Van Dong.

Le nom de l'écrivain Nguyen Xuan Nghia figure d'ailleurs parmi les signataires d'une pétition qui circule sur internet et demande aux dirigeants vietnamiens de revenir sur cette lettre.

Fin 2007, Hanoï avait laissé des manifestants protester dans la capitale et à Ho Chi Minh-Ville (ex-Saïgon, sud) contre la politique de Pékin dans la zone, la mer de Chine du Sud. Mais toujours soucieux de ménager son grand voisin du nord, elle avait fini par interdire les rassemblements.

Les autorités avaient ensuite empêché toute protestation au passage, fin avril, de la flamme des jeux Olympiques de Pékin à Ho Chi Minh-Ville.

Un blogueur, connu pour son opposition à la politique chinoise en mer de Chine du Sud et arrêté quelques jours avant le relais olympique, a été condamné mercredi à deux ans et demi de prison.

Pour le Viet Tan, qui relève aussi la visite cette semaine au Vietnam de John Negroponte, secrétaire d'Etat adjoint des Etats-Unis avec qui le pays communiste a depuis longtemps normalisé ses relations, Hanoï essaie "de donner l'apparence que tout est normal, alors que sa police balaye les dissidents à travers tout le pays".

Agence France Presse - 11 septembre 2008