Les écrivains se sont joints également à la lutte contre les fléaux sociaux en mettant l'accent sur les facteurs positifs qui stimulent les avancées de la société. Les lecteurs apprécient particulièrement la variété d'ouvrages qui pénètrent dans chaque "recoin" de la vie quotidienne. À travers ces derniers, les artistes affirment leur personnalité, leur style et leur point de vue dans une société pleine de mutations. Ce sont les bons points du bilan de la littérature vietnamienne sur la période de 1998-2008. En général, la littérature a pour une grande part satisfait les besoins du public. À travers leurs ouvrages, les auteurs ont mis en valeur les grandes contributions de la classe ouvrière au développement du pays dans la période du Dôi moi (Renouveau).

Parallèlement au développement des oeuvres, la critique a également connu d'importants changements hérités de l'idéologie littéraire traditionnelle. Les critiques se sont concentrés sur l'analyse de la relation entre la littérature et la politique en soutenant fermement la créativité des écrivains. Des campagnes de promotion en faveur des ouvrages ont été organisées régulièrement ces derniers temps. Des ouvrages vietnamiens sont publiés dans les pays étrangers et bénéficient également d'un accueil chaleureux de la part des lecteurs étrangers en contribuant à valoriser la culture vietnamienne.

Pourtant, le bilan de la littérature vietnamienne ces 10 dernières années laisse apparaître des points faibles. L'approche des artistes sur les questions complexes concernant l'actuelle période d'intégration internationale n'est pas pertinente. Quelques ouvrages s'enfoncent dans la plainte des fléaux sociaux en oubliant les bons côtés, les exemples moraux de la vie. La qualité des critiques est à améliorer. Le manque d'un ensemble de critères sur la qualité des ouvrages constitue également un casse-tête de la littérature vietnamienne. Un autre problème inquiétant : la publication d'ouvrages de mauvaise qualité a remis en question l'efficacité du réseau de distribution. D'autre part, l'accès des lecteurs dans les régions rurales, les provinces montagneuses aux ouvrages reste très limité. Les politiques prioritaires pour les artistes, la formation sont négligées.

La littérature constitue un domaine qui reflète les aspirations de l'homme sur le vrai, le bien et le beau. Dans l'avenir, le pays va encourager la publication d'ouvrages contenant des valeurs artistiques et spirituelles. La formation des talents ainsi que le respect de la créativité des écrivains devront être au centre des priorités du gouvernement.

Par Vân Anh - Le courrier du Vietnam - 19 septembre 2008