Pour atteindre l'objectif officiel de croissance de 7% pour l'ensemble de l'année, "la croissance du PIB devra être de 8% sur les trois derniers mois", explique le bureau des statistiques (GSO) dans un communiqué. Confronté à une inflation galopante et un fort déficit commercial, le gouvernement vietnamien avait dû revoir à la baisse son objectif de croissance pour 2008, après une hausse de 8,5% du PIB encore en 2007.

Mais récemment, la presse locale avait déjà prédit une croissance sous l'objectif de 7% pour l'ensemble de 2008. Et pour assurer une stabilité macro-économique et sociale, le gouvernement affirme désormais lui-même davantage viser une maîtrise de l'inflation plutôt qu'une forte croissance à tout prix. L'inflation a encore atteint 27,9% en septembre sur un an. Dans ce contexte de surchauffe économique, les investissements directs étrangers continuent d'affluer au Vietnam.

De janvier à septembre, la valeur des projets d'investissements directs étrangers validés par le gouvernement s'est élevée à 57,1 milliards de dollars (39 milliards d'euros), selon le GSO. Le montant effectivement déboursé sur la période a atteint 8,1 milliards de dollars (5,5 milliards d'euros), en hausse de 37,3% sur un an.

Agence France Presse - 29 septembre 2008


L'économie nationale retrouve de la vigueur

L'économie nationale a montré des signes de reprise, mais il est encore difficile d'atteindre une croissance de 7% du PIB en 2008. Le rythme de croissance au troisième trimestre s'est élevé à 6,55%. Ce taux est donc inférieur au premier trimestre (9,38%), mais supérieur au deuxième (5,38%).

Dans l'actuelle conjoncture socio-économique difficile, la croissance de 6,52% en septembre est un bon résultat qui incite les secteurs et ministères à poursuivre leurs efforts au quatrième trimestre, a remarqué le vice-ministre du Plan et de l'Investissement, Cao Viêt Sinh, lors d'une conférence sur la production en septembre, vendredi dernier à Hanoi.

Concrètement, la croissance a été de 3,57% pour le secteur agro-sylvico-aquatique, 7,09% pour l'industrie et la construction et 7,23% pour les services. La valeur des exportations a atteint en septembre 5,3 milliards de dollars, soit une baisse de 13,5% par rapport au mois d'août. Au cours des 9 premiers mois de l'année, elle s'est élevée à 48,5 milliards de dollars, soit une hausse de 39% en glissement annuel, un record. La plupart des produits d'exportation phares ont connu une croissance élevée, notamment pétrole, textile-habillement, meubles, produits en plastique, appareils électriques, caoutchouc, noix de cajou, produits aquatiques et poivre. Tandis que la valeur des importations tend à baisser. Ainsi, elle n'a été en septembre que de 5,8 milliards de dollars, contre 6,3 milliards en août. Le déficit commercial a diminué ce mois de 500 millions de dollars par rapport au mois d'août. Cette baisse est due aux restrictions d'importation d'or, d'automobiles, de produits de beauté, de téléphones portables…

Au cours des 9 premiers mois de l'année, la valeur des importations a été de 64,4 milliards de dollars, en hausse de 48,3% en glissement annuel.

Le pouvoir d'achat des consommateurs s'est amélioré en septembre grâce à une légère hausse de l'indice des prix à la consommation de 0,18% par rapport au mois d'août. Par ailleurs, le pays continue de mobiliser un grand volume de capitaux. Et le fonds de décaissement a considérablement augmenté. "Le gouvernement poursuivra des mesures drastiques pour stabiliser la macroéconomie, freiner l'inflation et garantir la sécurité sociale", a souligné Cao Viêt Sinh. Et d'ajouter que "les propositions avancées lors de cette conférence seront présentées au gouvernement lors de sa réunion périodique de septembre, qui se tiendra dans quelques jours à Hanoi".

Objectif : moins de 25% de la hausse de l'IPC

Selon le Département de gestion du marché, l'indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 21,87% entre janvier et septembre. La hausse est prévue à moins de 25% en 2008, malgré la traditionnelle flambée des prix en fin d'année.

Les économistes ont analysé les raisons du ralentissement de la hausse de l'IPC (0,18%) en septembre, le taux le plus bas depuis le début de l'année. Cela s'explique, selon eux, par la poursuite de la baisse des cours des produits importants sur le marché mondial et l'efficacité des mesures anti-inflationnistes du gouvernement. Pour Nguyên Tiên Thoa, chef du Département de gestion des prix, relevant du ministère des Finances, le ralentissement de la hausse de l'IPC résulte de 4 facteurs macroéconomiques : bon rapport offre-demande ; forte chute des exportations gonflant le volume de marchandises sur le marché domestique et donc contribuant à réduire les prix ; baisse des importations excédentaires ; poursuite des mesures anti-inflationnistes prises par le gouvernement, à commencer par la politique de gestion monétaire rigoureuse.

Par Ngân Huong - Le courrier du Vietnam - 29 septembre 2008