La flambée des prix constatée le week-end dernier a fortement bouleversé le quotidien des habitants. Samedi, le coût des denrées alimentaires, surtout des légumes et des tubercules, a connu une forte hausse. Sur les marchés de Kim Liên, Thành Công, Hôm, Lang Ha..., les cours avaient doublé, voire triplé, par rapport à la normale. La botte de liserons d'eau vendue normalement 3.000-4.000 dôngs, se monnayait 8.000 dôngs, voire 15.000 dôngs. Idem pour d'autres légumes frais comme chou-rave (5.000 dôngs/tubercule contre 2.000-3.000 dôngs normalement), haricot vert (18.000-20.000 dôngs/kilo contre 10.000-12.000 dôngs normalement). Les prix de porc, boeuf, poulet... ont suivi la tendance, soit une croissance subite de 10% à 30%.

Malgré tout, les Hanoiens se sont rués plus que d'habitude sur ces produits, de peur que les pluies diluviennes ne perdurent et conduisent à l'explosion incontrôlée des tarifs. Selon les vendeurs, les inondations ont paralysé plusieurs tronçons de route et rendent difficiles le transport des denrées alimentaires, des légumes et des tubercules des banlieues vers le centre-ville. Ainsi, l'approvisionnement en denrées alimentaires s'avérait inférieur aux besoins des habitants, rendant la hausse inéluctable des prix.

Non seulement les marchés souffrent de pénurie, surtout en légumes, la rareté s'est fait également sentir dans les grandes surfaces. Les réseaux de supermarchés Hapro, Fivimart, Intimex, dans les cités urbaines (My Dinh, Linh Dàm) ne disposaient pas de suffisamment de légumes et de denrées alimentaires fraîches à vendre. La grande distribution comme Big C ou Metro regorge de marchandises mais ces lieux sont inaccessibles à cause des inondations. Les habitants se rabattent donc sur l'achat de provisions sèches comme cacahuète, sésame, nouilles instantanées, conserves...

À la recherche de solutions

Samedi après-midi, les dirigeants du Comité populaire de Hanoi et les responsables du Service municipal de l'industrie et du commerce sont allés sur le terrain, se rendre compte de la situation de la fourniture alimentaire dans certains marchés et supermarchés.

"Les supermarchés et marchés doivent chercher par tous les moyens à répondre aux besoins des habitants et stabiliser les prix", a demandé Nguyên Huy Tuong, vice-président du Comité populaire de Hanoi. La capitale a permis aux gros camions de transporter les denrées alimentaires dans l'intra-muros durant la journée. En particulier, le Service de l'industrie et du commerce a proposé aux grandes surfaces comme Metro, Big C, Intimex, Fivimart... de vendre des marchandises en plein air. La Compagnie générale du commerce de Hanoi (Hapro) a préparé une grande quantité de produits (riz, nouilles instantanées, viandes fraîches, saumures de poissons...). Pour les légumes et les tubercules, Hapro s'est efforcée d'assurer l'arrivage de 3-4 tonnes quotidiennes en provenance des marchés de gros et des régions de culture en banlieue. Les magasins de Hapro ouvrent leurs portes de 06h30 à 21h30 chaque jour.

Certains autres services comme réparation de motos et de voitures (surtout le nettoyage des bougies) connaissent une grosse augmentation de clientèle. Les dépanneurs de moyens de transport n'ont pas pu satisfaire les besoins des habitants.

Par Phuong Mai - Le courrier du Vietnam - 3 novembre 2008