La coopération algéro-vietnamienne peut acquérir une nouvelle dimension et se diversifier de manière significative, telle a été l'une des conclusions de la 8e session de la Commission mixte de coopération en juin dernier à Hanoi. Que devons-nous faire pour y parvenir ?

La dernière réunion de la Commission mixte de coopération, en juin dernier à Hanoi, était intervenue dans un contexte favorable des relations bilatérales marquées par le renforcement des relations politiques et, au plan économique, le règlement définitif du dossier de la dette bilatérale. Cette réunion a ouvert de nouvelles perspectives prometteuses pour la coopération bilatérale. Le champ de coopération qui couvrait 13 secteurs, a été élargi à 18 et on peut citer entre autres l'énergie, la construction, l'agriculture, la pêche, les transports, le tourisme, la santé, l'éducation, la technologie informatique, l'environnement, les sports et la culture.

La commission mixte de coopération a également adopté de nouvelles mesures pour relancer durablement les relations économiques, en renforçant les secteurs où il existe déjà une coopération comme l'énergie, en développant l'agriculture, l'aquaculture et la construction.

Les échanges commerciaux bilatéraux se sont élevés l'an dernier à 55 millions de dollars, soit le triple en l'espace de 4 ans. Cet essor est pourtant considéré comme insuffisant et le volume des échanges demeure modeste, ne reflétant pas les immenses potentialités économiques de part et d'autre. Que comptez-vous faire pour renforcer les relations économiques et les hisser au niveau des ambitions des dirigeants de nos pays ?

Effectivement, les chiffres du commerce bilatéral ont enregistré, ces dernières années, une évolution positive qui nous encourage à multiplier les efforts pour les porter à de plus importants niveaux. Les principaux produits vietnamiens exportés sur le marché algérien sont essentiellement agricoles (riz, café, thé, poivre et noix de cajou). Cette gamme de produits pourrait être facilement élargie à d'autres (dérivés du pétrole, acier, intrants chimiques, équipements et machines et également produits agricoles comme vin, dattes et olives). Cependant, il y a lieu de constater que le volume du commerce bilatéral reste relativement modeste en inadéquation avec les possibilités réelles des 2 pays Je pense que les relations économiques bilatérales doivent être appréhendées de manière globale. Elles doivent être portées à une nouvelle dimension qui devrait aller au-delà de l'optique des seuls échanges commerciaux. En effet, l'évolution de nos économies offre de nouvelles opportunités pour un partenariat rénové. L'Algérie et le Vietnam offrent des possibilités considérables pour bâtir un partenariat d'une dimension qui doit déboucher vers la conquête d'autres marchés en Afrique, en Asie et dans d'autres parties du monde.

Nos pays devraient poursuivre de l'immense effort pour stimuler le courant de leurs échanges économiques et rendre ainsi les destinations Algérie et Vietnam intéressantes pour les hommes d'affaires des 2 pays. La meilleure démarche dans ce sens devrait s'articuler sur les quelques actions suivantes : Encourager les opérateurs économiques à multiplier leurs échanges et à se concerter dans les cadres multiples et variés qui leur sont offerts comme la participation aux foires et expositions dans les 2 pays. Les Chambres de Commerce des 2 pays devraient jouer un rôle de premier rang en travaillant en étroite collaboration dans le cadre de l'accord qui les lie, signé en novembre 2004 à Alger. Diffuser les informations sur les cadres réglementaires du commerce de l'investissement et vulgariser l'information économique des 2 pays notamment en matière douanière et financière. Poursuivre l'application de l'accord de coopération agricole signé à Alger en novembre 2004, et conclure des accords dans le domaine des transports notamment aérien et maritime pour rapprocher les 2 pays et faciliter les échanges de biens et de marchandises.

Le volet culturel est un autre aspect de la coopération bilatérale car il a été un sujet de discussion au sein de la dernière session de la Commission mixte algéro-vietnamienne. Pouvez-vous nous parler du programme d'échanges culturels pour l'avenir ?

Les relations algéro-vietnamiennes qui se caractérisent par leur excellence au plan politique, par une évolution positive au plan économique et commercial, viennent d'être élargies au domaine culturel avec la conclusion en juin dernier à Hanoi d'un important programme d'échanges bilatéraux pour la période 2008-2010.

Ce programme vise à intensifier les relations d'amitié entre les 2 pays et développer l'échange d'expériences dans le domaine culturel tel que cinéma, littérature, beaux-arts, bibliothèque, musées et préservation du patrimoine culturel.

Ce nouvel instrument devra permettre aux 2 ministères chargés de la culture d'initier et de coordonner des actions communes pour contribuer à la propulsion et au développement de la coopération culturelle, à travers des expositions picturales, des semaines de films...

La coopération culturelle ne disposant pas toujours de moyens de financement illimités, il serait, peut être souhaitable d'encourager l'initiation, dans une première étape, d'actions et activités qui ne mobiliseraient pas de budgets importants et d'associer, autant que faire se peut, les grands groupements économiques des 2 pays à prendre part à la promotion de la coopération culturelle par des opérations de sponsoring.

Par Hoàng Hoa - Le Courrier du Vietnam - 3 novembre 2008