Ces questions ont été au centre d'une récente séance de travail entre l'Administration nationale du tourisme (ANT) et le Département du voyage (ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme), d'une part et un groupe de consultants en matière de tourisme, de l'autre. Ce pour préparer des contenus à motionner au Forum des entreprises vietnamiennes, tenue le 1er décembre à Hanoi.

Selon ledit groupe de consultants, la non délivrance des visas aux portes frontalières et la délivrance de visas simples limitent le nombre de touristes étrangers. Surtout pour la formule MICE (tourisme et conférence associés), ces voyageurs, faute de temps, choisissent d'aller à Phuket, Bali, Macao, Cambodge ou Singapour où les formalités de visas sont plus simples au lieu de venir au Vietnam le week-end.

Le manque de lignes aériennes directes et la difficulté de réservation sur les vols, surtout domestiques, entravent aussi l'essor du tourisme tandis que 80% des voyageurs se déplacent par voie aérienne. L'ANT s'engage à travailler avec les parties concernées pour régler ces difficultés, assurer le nombre de billets et disposer de lignes aériennes internationales.

En ce qui concerne la prorogation de l'ouverture des bureaux de représentations et des succursales des voyagistes étrangers au Vietnam, l'ANT a promis de régler les cas concrets dans le plus court délai, a affirmé son directeur adjoint, Nguyên Manh Cuong.

À présent, la promotion, la publicité, le marketing touristique laissent encore à désirer au Vietnam. Dans le contexte d'inflation, l'ANT a envoyé plusieurs délégations à l'étranger en vue des campagnes de promotion sans compter la publicité dans les mass media internationaux : CNN, Discovery, (États-Unis), BBC (Grande-Bretagne), Fashion TV (France) et Arirang (Corée du Sud), NHK (Japon), CCTV (Chine). À l'heure actuelle, les pays de la région dépensent chacun en moyenne 40 millions de dollars par an dans les activités de publicité, alors que le Vietnam décaisse seulement le vingtième de ce montant. Le groupe de consultants a proposé au ministère des Finances de dépenser 2 millions de dollars de plus pour améliorer le marché touristique actuel. La publicité ne se limite pas seulement aux chaînes de télévision internationales mais doit s'élargit à la production de vidéos pour être présentées aux aéroports, vols internationaux, portes frontalières, etc.

Prochainement, en plus des 27 milliards de dôngs annuels pour le Programme national d'action, le gouvernement va délivrer chaque année 30 milliards de dôngs (en provenance du Fonds de promotion commerciale et d'investissement touristique) pour accélérer la promotion au Vietnam.

Par Diêu An - Le courrier du Vietnam - 2 décembre 2008