Dans la salle de transactions Vinaland, la stagnation du marché est observée dans tous les projets autrefois très prisés : Dông Thu Thiêm, Thê ky 21, Phu My, An Hoa, An Cu, Vista, Richland Hill, Thao Diên River View, Blooming Park... Même scénario à Sacomreal, les projets d'appartements de luxe sont revus à la baisse : The BMC Hung Long, Phu My, The Maison, Nam Saigon.

Selon le calcul du groupe de consultance immobilière internationale CBRE, en espace d'un an, le prix des appartements de luxe à Hô Chi Minh-Ville a baissé de 52% au maximum. Par exemple, pour le projet The Grand View, le prix est maintenant de 1.145 dollars/m² contre 2.4000 dollars en novembre 2007; à Saigon Pearl, il passe de 3.500 dollars/m² à 2.500 dollars ; au The Manor de 3.500 dollars/m² à 2.400 dollars. Le pouvoir d'achat a baissé de 80-90% par rapport à la fin de 2007, estime Dinh Thê Hiên, directeur de l'Institut d'économie de Hô Chi Minh-Ville. Le marché est en pleine déprime et la relance n'est prévue qu'en 2010. Car en 2009, le pays connaîtrait une montée des difficultés économiques à cause de la crise financière mondiale.

Hanoi : les villas ont le vent en poupe

De bons signes sont pourtant observés sur le marché immobilier de Hanoi. Une légère hausse est enregistrée ces derniers temps, qui s'explique par l'envoi de devises des Viêt kiêu qui bénéficient de politiques plus ouvertes pour acheter un logement dans le pays, l'application de programmes d'assistance aux prêts bancaires.

Dans la salle de transactions immobilières My Dinh 2, les villas et les maisons juxtaposées se vendent mieux que les appartements. Pourquoi ? Les prix d'un appartement de qualité et d'une villa ne sont pas très différents. Un appartement à My Dinh coûte 2 milliards de dôngs et une maison juxtaposée, 2,5 milliards de dôngs. Les villas dans le Village des Viêt kiêu européens (Mô Lao) se vendent autour de 2 milliards de dôngs, celles du quartier Van Quan (Hà Dông), 3 milliards de dôngs, fait savoir Nguyên Trong Thuy, directeur de My Dinh 2. Les clients préfèrent les villas d'une superficie de 150 m² ou 220 m².

Pham Thanh Binh, directeur général de la Compagnie immobilière Phu Thai (Phuthai Land), affirme aussi une hausse d'achats dans la capitale. Pour le moment, ceux qui acquièrent un logement ont un besoin réel. À noter qu'à la même période de l'an dernier, 80% des achats avaient pour but la spéculation, ajoute-t-il.

Par Thê Linh - Le Courrier du Vietnam - 23 Décembre 2008