Le pays communiste avait annoncé au début du mois sa volonté de mieux réguler une blogosphère en pleine explosion.

La circulaire, dont l'AFP a obtenu une copie mercredi, souligne que les blogs doivent servir à diffuser des informations personnelles.

Elle complète, en y appliquant clairement aux blogs, une régulation d'août qui interdisait déjà, sur internet, de "s'opposer à l'Etat (...) de nuire à la sécurité nationale, à l'ordre et à la sécurité sociale, de saboter l'unité nationale", divulguer des secrets nationaux, militaires ou économiques.

Début décembre, le vice-ministre de l'Information, Do Quy Doan, avait préparé le terrain dans les médias officiels en expliquant qu'Hanoï ne voulait pas "intervenir dans la vie privée des blogueurs", mais "donner un cadre pour (les) aider à comprendre l'étendue des activités qui leur sont permises".

Le quotidien anglophone Thanh Nien daily avait indiqué que le gouvernement entendait contacter les géants de l'internet "Google et Yahoo! en vue d'une coopération pour créer l'environnement pour les blogueurs le plus sain et le meilleur possible".

La nouvelle régulation demande aux "entreprises spécialisées dans la fourniture de services en ligne" de "constituer une base de donnée" sur les blogs qu'elles gèrent, de fournir, à la demande, les informations aux agences d'Etat "autorisées" et "d'éliminer" tout contenu qui violerait la loi.

Internet permet à la population vietnamienne de s'exprimer avec une marge de manoeuvre qu'elle n'a pas dans les médias traditionnels, contrôlés plus facilement et très étroitement par le régime communiste.

Ces derniers mois, les critiques ont notamment fusé sur la Toile sur la gestion, par Hanoï, du conflit territorial qui l'oppose à Pékin en mer de Chine du Sud.

Les deux capitales y revendiquent la souveraineté des archipels des Spratleys et Paracels.

Le dossier, ultra-sensible et qui empoisonne les relations des deux alliés communistes, avait fait l'objet de manifestations inhabituelles mais vite étouffées par Hanoï il y a un an. Il n'est que très rarement et toujours brièvement et prudemment abordé dans les journaux vietnamiens.

L'organisation de défense des médias Reporters sans frontières (RSF) classe le Vietnam parmi les pays "ennemis" de l'internet, estimant qu'il "suit de très près sa grande soeur chinoise dans le renforcement de la censure" sur le web.

La justice vietnamienne a déjà mis derrière les barreaux plusieurs cyberdissidents.

Début décembre, elle a confirmé en appel la condamnation d'un célèbre blogueur à deux ans et demi de prison. Nguyen Hoang Hai, plus connu sous le pseudonyme de Dieu Cay, a été reconnu coupable de fraude fiscale, mais RSF estime qu'il paie en réalité des prises de position trop ouvertement critiques sur la politique de Pékin en mer de Chine du Sud.

Agence France Presse - 24 décembre 2008


Le Vietnam intensifie son contrôle sur les blogueurs

Le Vietnam vient d’autoriser la censure des blogueurs qui émettent des messages en opposition avec le pouvoir en place ou "représentent une menace pour la sécurité nationale". Une décision prise dans le cadre d’une loi obligeant les FAI locaux de fournir toutes les informations nécessaires sur leurs clients en cas de besoin.

Il faut savoir que les blogs vietnamiens sont une source d’informations pour tous les citoyens. Les media traditionnels, après avoir connu un "printemps" en 2006 sont tenus par le pouvoir avec des lois jugées "liberticides" par Reporters sans frontières. Le Net représente donc un espace de liberté et d’expression jusque là vierge de toute intervention étatique.

Un état de fait qui tend à disparaître au vu de la volonté des autorités communistes au pouvoir qui tentent avec cette nouvelle législation de s’introduire sur la Toile. Les attendus de la nouvelle réglementation sont, dès lors, très clairs. Ils visent à punir tous ceux qui font pointer des liens vers une ou plusieurs informations considérées comme violant la législation. Des motifs suffisamment larges pour inquiéter la majeure partie des blogs et autres sites personnels.

Un journal local (Thanh Nien) va même plus loin dans l’information sur les motivations de l’Etat en expliquant que les autorités de Hanoï chercheraient à contacter les deux géants du Web, à savoir Google et Yahoo pour leur proposer un partenariat de coopération…

Certaines institutions ont néanmoins décidé de réagir à leur manière à cette censure des moyens de communications. Par exemple et à titre de symbole, le Prix Pulitzer est désormais ouverts aux journalistes de toute nationalité écrivant sur le Web et plus seulement ouvert aux médias "traditionnels".

Toujours est-il que le Vietnam a déjà commencé à emprisonner des cyber-dissidents. Un blogueur influent a même été condamné à deux années et demie de prison pour s’être simplement exprimé. Dieu Cay, dont l’identité réelle est Nguyen Hoang Hai, a été convaincu de fraude sur une affaire de droits de taxes. Un motif "légitime" pour son emprisonnement.

La direction que prend depuis cette année le Vietnam lui vaut d’être considéré par Reporters sans frontières comme "ennemi de l’Internet" mais surtout de la liberté d'expression.

Par Olivier Robillart - Silicon.fr - 24 décembre 2008


Blog : cinq activités interdites dans le partage d'information

Hanoi - Le vice-ministre de l'Information et de la Communication, Do Quy Doan, a adopté mardi une circulaire concernant le partage d'information sur les blogs.

La circulaire publie cinq activités interdites sur la blogsphère. Ces activités consistent à profiter des blogs pour fournir, transmettre ou créer des liens directs aux informations violant l'article 6 de la résolution No 97, à créer des pages web individuelles au nom d'une autre personne ou organisation, à exploiter illégalement des comptes d'autres pages web individuelles.

Il est également interdit de diffuser de fausses informations, portant atteinte aux droits et intérêts légitimes des organisations et individus, de propager les oeuvres journalistiques, littéraires, artistiques ainsi que les publications ne respectant pas les lois du journalisme et de l'édition, d'exploiter les informations et images individuelles qui enfreignent les articles 31 et 38 du Code civil.

La circulaire prohibe ainsi les informations qui violent les règlementations sur la propriété intellectuelle, les échanges de commerce électroniques ainsi que d'autres dispositions concernées.

Le document stipule la responsabilité des blogueurs et celle de la société fournisseur de la page web.

Agence Vietnamienne d'Information - 24 décembre 2008