Dans les années 1990, Trân Luong était membre d'un groupe de 5 peintres hanoiens (Dang Xuân Hoà, Pham Quang Vinh, Hà Tri Hiêu, Hông Viêt Dung et Trân Luong) réputés pour leurs créations qui annonçaient l'époque du Renouveau. Leur style neuf et surprenant était aussi couru que leurs expositions collectives. L'ouverture de l'économie nationale et ses influences sur la vie artistique ont poussé Trân Luong à s'engager vers une nouvelle voie, celle de l'art contemporain. On trouve alors chez lui ce besoin permanent de dialoguer et de coopérer. "Les oeuvres d'art contemporain nécessitent la +réunion+ de différents éléments : connaissances, techniques, efforts, matériels..., ce qui exige une gestion plus professionnelle", affirme Trân Luong. C'est ainsi que le peintre fut amené à organisé des expos d'art contemporain qui restent "nouveaux et étrangers" pour la majorité des Vietnamiens.

"Je suis un vrai amateur", affirme celui qui est considéré comme "le plus professionnel du Vietnam". Il avoue pourtant n'avoir reçu aucune formation sur ce métier. Et pourtant, sans diplôme ni expérience, Trân Luong s'est lancé dans cette "mission" grâce à ses relations avec de nombreux artistes.

"L'organisation d'un expo est compliquée. Je dois rencontrer chaque artiste 6 mois avant la tenue de l'événement. C'est un temps nécessaire pour les discussions et la compréhension mutuelle. À partir de ces contacts, je vais élaborer l'idée maîtresse qui servira de leitmotiv à l'expo", explique-t-il. "Après, nous devons recourir à différents individus et organisations. Les uns peuvent prêter l'espace, les autres nous aident à imprimer les documents, à financer le déplacement des artistes. Ces derniers peuvent contribuer avec leurs oeuvres ou donner un coup de main dans l'organisation. Il y a aussi les critiques qui rédigent un papier et donnent leurs observations...", continue-t-il.

Et c'est ainsi que le public vietnamien a fait connaissance avec l'art contemporain bien que le pays ne possède pas de lieux qui lui soient dédiés. Malgré tout, Trân Luong "cherche à organiser des ateliers et de petits festivals dans tous les lieux possibles et convenables". Car, "les difficultés sont partout, mais si on les surmonte pour créer de bonnes oeuvres, alors c'est une vraie récompense. L'art contemporain sait créer de nouvelles conditions à l'espace et au temps nouveaux".

D'après Trân Luong, un organisateur professionnel doit être "capable de faire de différentes oeuvres un chef-d'oeuvre. Autrement dit, l'organisateur doit être à la fois un artiste perspicace, un gestionnaire lucide et un passionné par le Bien, prêt à faire tous les sacrifices pour apporter cette valeur au public".

Par Hoàng Hà - Le courrier du Vietnam - 28 décembre 2008