Un système régulé aiderait, selon le site officiel du gouvernement communiste, à protéger les Vietnamiennes d'abus domestiques.

Le ministre des Affaires étrangères, Pham Gia Khiem, a demandé un plan pour un premier service officiel à Ho Chi Minh-Ville, l'ex-Saïgon et capitale économique au sud. L'idée serait de le soumettre au Premier ministre, Nguyen Tan Dung, d'ici juin.

Le nombre d'entremetteurs illégaux a augmenté ces dernières années au Vietnam. Ils attirent surtout dans leurs griffes de jeunes femmes pauvres du delta du Mékong, au sud.

Parallèlement, plusieurs cas de mauvais traitements de ces femmes par leurs nouveaux maris, souvent venus de Corée du Sud ou de Taïwan - pays où la préférence encore marquée pour les fils a engendré un déséquilibre numérique entre hommes et femmes - ont aussi été mis à jour.

La police vietnamienne multiplie les raids dans des cérémonies où les entremetteurs exhibent parfois plus de cent jeunes femmes devant des étrangers qui se déplacent spécialement pour se marier.

En novembre, la police a arrêté sept Sud-Coréens, deux agents vietnamiens et 161 Vietnamiennes lors une descente dans une maison louée à Ho Chi Minh-Ville.

Le chef de la diplomatie vietnamienne a également demandé à ses ambassades de prendre "des mesures pour protéger les droits (...) légitimes des citoyens vietnamiens dans leur mariages".

Agence Belga - 8 Janvier 2009