Après plus d'une décennie d'une croissance sur les chapeaux de roues, l'économie vietnamienne a été frappée de plein fouet l'an dernier, d'abord par une inflation galopante, puis par les premiers effets du ralentissement mondial sur ses exportations.

Assise au bord d'une rue de Hanoï, une mère de trois enfants, Tran Thi Lan, vend des châtaignes d'eau et redoute une année difficile pour sa famille.

"Mon fils et ma belle-fille travaillaient dans des usines à Ho Chi Minh-Ville", l'ex-Saïgon et capitale économique du pays au sud, raconte cette femme de 43 ans.

"Ils ne vont pas y retourner. La femme de mon fils a perdu son travail parce que son usine de vêtements a dû réduire la production", explique-t-elle. "Mon fils dit qu'il ne peut plus gagner assez d'argent".

Elle-même affirme gagner deux dollars par jour.

Tous n'ont pas le réveillon aussi morose. Ces dernières années, une classe moyenne a émergé dans le pays communiste, naturellement moins durement touchée que les plus pauvres.

Mais la performance, dans un pays où l'inflation s'est envolée à 23% sur l'année, était la plus faible en près de dix ans et loin des 8,5% de 2007. Pour 2009, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit encore un ralentissement, à 5%.

Selon les médias locaux, le syndicat de l'ex-Saïgon a recensé 4.000 pertes d'emplois dans la fermeture récente de 14 entreprises. Non loin de là, dans la province de Dong Nai, 10 entreprises taïwanaises et sud-coréennes de textile, électronique et bois ont annoncé leur intention de se séparer de 2.600 autres postes.

Agência AngolaPress - 25 janvier 2009