L’Assemblée nationale devrait commencer à examiner, le 28 mai, des amendements à la loi sur le cinéma adoptée en juin 2006, écrit VietNamNet Bridge. Face à cette ouverture à venir du marché, note le webzine anglophone, le public se réjouit tandis que les producteurs font grise mine.

Le budget de la vingtaine de films vietnamiens produits en 2007 et 2008 se situait en moyenne autour de 300 000 dollars, loin, très loin, des dizaines ou centaines de millions de dollars investis dans les superproductions étrangères. “Les films vietnamiens seront rayés de la carte si les films étrangers sont importés en masse”, s’inquiète Phuoc Sang, directeur de la maison de production éponyme. Car, explique-t-il, si la production de ces blockbusters venus des Etats-Unis ou de Chine nécessite des budgets astronomiques, leur importation au Vietnam ne coûte que quelques dizaines de milliers de dollars. Il suggère donc que l’Etat accroisse la taxe prélevée sur l’importation des films de 5 % à 30 ou 40 %.

Courrier International - 26 mai 2009