Depuis Sécheresse et Pluie, son premier spectacle en 1995, Ea Sola semble développer de pièce en pièce un véritable psaume d’humanité, comme autant de poèmes adressés au chacun d’un monde infiniment multiple.

Le Corps Blanc, qu’elle vient de créer au Hong Kong Arts Festival, s’appuie sur le fameux Discours de la servitude volontaire, d’Étienne de La Boétie, dont deux récitants vietnamiens égrènent, en français, la trame étonnamment actuelle. Ea Sola suggère de quels mouvements nous devenons parfois les pantins assujettis ; elle y oppose la simple prégnance de corps qui semblent rêver une humanité apaisée.

Ea Sola quitte sa région d'origine, le sud du Vietnam, en 1974. Elle arrive à Paris en 1978. De 1978 à 1984, loin de son pays natal, elle crée des happenings hors institution. Elle étudie le répertoire du théâtre classique français de 1980 à 1990 et participe aux laboratoires de recherche en théâtre-danse du groupe Grotowski. Elle s'inscrit aux workshops du danseur et chorégraphe japonais Min Tanaka. Ea Sola crée un groupe de travail autour de la mémoire du corps.

Danseuse-interprète (Sacre du printemps de Min Tanaka), danseuse-chorégraphe ( Ubu Roi de Roland Topor), elle est également chorégraphe. En 1989, elle dissout son groupe et retourne au Vietnam. De 1991 à 1996, elle bénéficie de la bourse Léonard de Vinci. Elle entreprend des recherches sur les danses anciennes et les musiques traditionnelles du Vietnam. Lauréate de la Villa Médicis-hors les murs, elle travaille sur la musique tai tu dans le delta du sud Vietnam. En 2005, elle crée sa pièce Sécheresse et pluie vol. 2 avec l'Opéra Ballet du Vietnam (Hanoi), au Théâtre de la Ville.

Au Théâtre des Abbesses à 20h30 du 9 au 13 juin 2009

Communiqué de presse - Théatre de la Ville / Paris-art.com - 9 juin 2009