En vietnamien, on l'appelle la "voie ferrée dentée". En français, on dit plutôt "voie ferrée ou chemin de fer à crémaillère". Sa construction a débuté en 1901, avec comme objectif de relier par monts et par vaux la ville de Thap Chàm, province de Ninh Thuân (Centre), à Dà Lat, chef-lieu de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Tây Nguyên)… Un projet audacieux qui a forcé de l'ingéniosité aux ingénieurs français et des efforts surhumains aux centaines de Vietnamiens.

L'ouvrage a été mis en service en 1932 après... 30 ans de travaux. La voie franchit 2 cols de plus de 1.000 m d'altitude (Krông Pha et Dran), s'engouffre dans 5 tunnels dont le plus important fait 600 m de long, passe 64 ponts enjambent des ruisseaux et gouffres. Il y a notamment 14 km de rails à crémaillère dans les déclivités les plus fortes. La fixation des roues dentées se faisait au pied des pentes. Cette voie de 84 km est aussi jalonnée de 14 gares aux charmes délicieusement surannés...

Selon des experts, cette voie à crémaillère serait la plus vieille au monde. Laissée à l'abandon depuis des décennies, elle recèle de nombreux vestiges tels que les ponts de Tân My et Sông Pha, les gares de Krông Pha, Eo Gio, Câu Dât, Tram Hanh, Trai Mat... sans parler des tunnels qui sont devenus des havres de tranquillité pour des myriades de chauves-souris qui n'en demandaient pas tant...

Les rails, eux, sont depuis quelques années de nouveau utilisables sur un tronçon de 7 km reliant entre elles les gares de Dà Lat et Trai Mat. Le vieux train traverse comme un escargot le plateau de Langbiang, offrant aux touristes de magnifiques vues d'alentours.

Projet de restauration pour le tourisme

Les charmantes gares de Tram Hanh et de Dà Lat restent quasiment intactes. Dessinée par les architectes français Moncet et Reveron, celle de Dà Lat reflète des influences à la fois française et locale, en l'occurrence celle du nhà rông (maison commune sur pilotis des ethnies minoritaires du Tây Nguyên, caractérisée par un toit en forte pente). Malgré ses mensurations (66,5 m de long, 11,4 m de large et 11 m de haut), elle a l'allure d'une maisonnette de circuit de train d'enfant. Au rez-de-chaussée, la salle d'attente comportait 2 parties, l'une pour les autochtones, l'autre pour les colons. Elle est désormais classée vestige historique national.

Bonne nouvelle : le gouvernement a décidé, fin 2007, de restaurer dans sa totalité la voie ferrée Thap Chàm-Dà Lat, avec un budget prévisionnel de 320 millions de dollars. Fin des travaux prévus en 2015.

Par Nghia Dàn - Le courrier du Vietnam - 9 octobre 2009