La Chambre a approuvé oralement une résolution appelant le Vietnam à libérer tous les prisonniers politiques, listant les noms de 18 cyber-militants en détention, et a réclamé l'abrogation des lois limitant les libertés sur internet.

La résolution appelle le Vietnam "à devenir un Etat membre de la communauté internationale responsable en respectant la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté d'association politique des individus".

Loretta Sanchez, parlementaire démocrate qui a soutenu cette résolution, a affirmé qu'internet était "devenu un outil crucial pour les citoyens au Vietnam pour exercer leur liberté d'expression et d'association", mettant en garde contre une dégradation de la situation en matière de droits de l'homme dans le pays.

Les Etats-Unis et le Vietnam ont normalisé leurs relations au milieu des années 1990, deux décennies après la fin de la guerre, et ont depuis noué des relations économiques et politiques qui se sont renforcées peu à peu.

Mais l'ambassade américaine à Hanoï s'est dite récemment "très troublée" par les condamnations de neuf Vietnamiens militants pro-démocratie, jugées incompatibles avec les "engagements" internationaux du pays.

Dans quatre procès, ces neuf Vietnamiens ont été condamnés à des peines de deux à six ans de prison ferme assorties de périodes de résidence surveillée pour "propagande" contre le régime communiste.

Agence France Presse - 21 octobre 2009


Liberté sur l'internet: Hanoï rejette les critiques des élus américains

Le Vietnam a dénoncé jeudi la résolution de la Chambre des représentants américaine l'appelant à libérer les blogueurs et s'inquiétant d'une restriction des libertés sur l'internet dans le pays communiste.

"Le Vietnam proteste contre la résolution (...) de la Chambre des représentants américaine", a déclaré la porte-parole des Affaires étrangères vietnamiennes, Nguyen Phuong Nga, estimant que des "informations mentionnées dans cette résolution manquent d'objectivité et sont fausses".

La résolution approuvée mercredi oralement par la Chambre liste les noms de 18 cyber-militants en détention et réclame l'abrogation des lois limitant les libertés sur internet.

La résolution appelle le Vietnam "à devenir un Etat membre de la communauté internationale responsable en respectant la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté d'association politique des individus".

En réponse, Mme Nga a affirmé devant la presse que le Vietnam assurait toujours "à ses citoyens les droits fondamentaux aux libertés, dont celles de la presse et d'expression". Elle a souligné qu'environ 25% de la population du pays avait accès à l'internet, contre en moyenne 18,7% sur toute l'Asie.

Pour Reporters sans frontières (RSF), le Vietnam fait pourtant partie des ennemis de l'internet.

Dans son rapport 2009, publié mardi, l'organisation de défense des médias affirme que le Parti communiste, parti unique, y "a visé des journalistes, des blogueurs et des militants de la liberté de la presse pour leurs écrits sur les faveurs qu'il accorde à la Chine", grand allié idéologique.

Le Vietnam se trouve parmi les dix derniers pays au classement 2009 de RSF, 166e sur 175.

Agence France Presse - 22 octobre 2009


Manifestation de soutien à l’ancien étudiant rennais Nguyen Tien Trung

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées cet après-midi, place de la mairie, à Rennes, pour soutenir Nguyen Tien Trung, ancien étudiant de l’Insa de Rennes arrêté le 7 juillet dernier a à Ho Chi Minh Ville (Vietnam) pour « cyber-dissidence ». Il est accusé d’avoir publié un article dans un blog mettant en cause l’enseignement supérieur vietnamien.

Une délégation de Vietnamiens, dont le frère de Trung, membres de « l’alliance pour la démocratie au Vietnam » est venue de Paris. Jean-François Julliard, secrétaire général de l’association Reporters Sans Frontières (RSF) était également présent.

Depuis la date de son arrestation, sa famille n’a eu aucunes nouvelles. Un avocat a pu prendre contact avec lui, signe qu’il est en vie. Une pétition pour la libération de Nguyen Tien Trung a reçu pour l’instant plus de 1 000 signatures. Elle sera transmise au Premier ministre François Fillon qui doit se rendre au Vietnam courant novembre.

Ouest France - 22 octobre 2009