Son roman, Cheval blanc et dragon jaune, a reçu le premier prix. Il parle de discrimination et de la vie de la communauté des Vietnamiens en Tchéquie. L'auteur n'a pas reçu son prix directement, car elle poursuit actuellement ses études en Malaysia.

Ce prix est celui des Maisons d'édition. Dans ce pays, parmi tous les prix littéraires qui existent, celui des Maisons d'édition est particulier en ce qu'il est destiné à favoriser les nouvelles oeuvres et leur permettre d'être publiées. Il est par ailleurs doté d'une prime de 50.000 couronnes.

Cette année, ce prix a réuni 77 œuvres comprenant nombre de genres dont les romans historique, de fiction, d'aventure, policier... Pham Thi Lan n'est pas seulement le premier auteur à ne pas être tchèque, mais en outre la première Vietnamienne à le recevoir. Elle est de plus la lauréate la plus jeune à avoir été distinguée de ce prix, sans compter que parmi les 13 octroyés, 3 seulement sont allés à des femmes.

Selon Pavel Janácek, membre du jury, bien que le manuscrit soit très court, il contient beaucoup d'éléments volontairement contradictoires, suscitant beaucoup de sur- prises chez son lecteur. Il s'agit d'un genre de récit moderne accompagné de légendes des temps anciens. En outre, cette oeuvre use de divers registre de langue, passant du populaire au cultivé, du familier au littéraire...

Le président du jury, Ivan Binar, ajoute que le style est tellement beau que les auteurs tchèques ont ressenti de la jalousie envers cette jeune fille vietnamienne. Toujours d'après lui, l'oeuvre de Pham Thi Lan enrichit la littérature contemporaine tchèque.

Pham Thi Lan, portant le nom tchèque de Lenka, a débuté son œuvre fin d'été de l'année dernière, juste à sa sortie du lycée Gymnázium.

Par Viêt Phuong - 1er novembre 2009