"Nous espérons que les pays développés prendront la tête et feront tous les efforts (nécessaires) pour des engagements forts, en particulier en matière de réduction d'émissions de gaz à effet de serre", a déclaré Nguyen Phuong Nga devant la presse.

La porte-parole des Affaires étrangères vietnamiennes a rappelé que son pays risquait d'être parmi les plus touchés par le réchauffement climatique, en particulier par l'élévation des niveaux des mers.

Lors d'une conférence avec les pays donateurs du Vietnam jeudi, le Premier ministre, Nguyen Tan Dung, a aussi rappelé qu'une montée des eaux risquait de submerger de larges zones et de mettre en péril la sécurité alimentaire du pays et du reste du monde. Le Vietnam est le second exportateur mondial de riz.

Il craint une augmentation d'un mètre d'ici à 2100 du niveau de la mer qui inonderait quelque 31.000 kilomètres carrés de terres -l'équivalent d'un pays comme la Belgique- si les systèmes de drainage et de digues ne sont pas renforcés, selon un document des Nations unies publié mercredi.

"La menace d'inondation est la plus forte dans le delta du Mékong", la principale zone de production de riz, dans le sud du pays, poursuit le document, ajoutant que des milliards de dollars seront nécessaires pour aider le Vietnam à faire face aux effets du changement climatique.

Mobiliser des fonds pour aider les pays en développement à consolider leurs défenses contre le réchauffement climatique figurera parmi les grands débats du sommet de l'ONU qui se tiendra dans la capitale danoise du 7 au 18 décembre.

Agence France Presse - 3 décembre 2009