Les hommes vivent, leur histoire voyage. Mystère Dang, récit sur le destin atypique et exceptionnel du patron du groupe SMSP, semble placé sur une trajectoire rare pour un ouvrage conçu en Nouvelle-Calédonie. « À l’écriture, nous avons réellement vu que l’homme avait une dimension internationale », reconnaît Anne Pitoiset, l’auteur avec Claudine Wéry. Sentiment confirmé : le livre est en passe d’être publié au Vietnam, terre d’origine du protagoniste. « Le Vietnam, c’est ma patrie de sang » témoigne André Dang Van Nha en ouverture d’un chapitre. « Je suis un Vietnamien et je n’ai pas honte de le dire. »

Les soucis nés de cette affirmation dans le passé cèdent la place aujourd’hui à un symbole fort. Les deux journalistes basées à Nouméa ont été contactées en juin dernier par une maison d’édition implantée à Hanoï, Phunu Publishing House, société formulant la demande d’une cession des droits pour une traduction. Affaire conclue. Un tirage de 3 000 exemplaires du livre est aujourd’hui prévu dans cet État du Sud-Est asiatique, « et ce n’est qu’un début ». « André Dang est quelqu’un de connu au Vietnam », souligne Anne Pitoiset. Le couple des deux André - é et ée - y séjourne régulièrement afin de rencontrer familles et amis. Signe de ce lien, une chaîne de la télévision vietnamienne était venue sur le territoire en 2008 afin de tourner un documentaire sur le chef d’entreprise et la communauté des exilés. Dans quelques jours, les auteurs, Anne Pitoiset et Claudine Wéry, partent assurer la promotion de l’ouvrage dans la capitale vietnamienne auprès des médias, télé, presse et radio. Et ce, en compagnie du leader du projet de l’usine du Nord, proche de Jean-Marie Tjibaou il y a quelques années. Le Mystère Dang en vietnamien sera distribué ce mois-ci, « ça dépasse nos attentes ! ». L’équipe calédonienne profitera du voyage pour saluer les Vietnamiens du Caillou domiciliés dans la ville de Tuyên-Quang.

Le tournage est espéré cette année, pour partie en Nouvelle-Calédonie ou encore au Vietnam

Terminé ? Non. « Il y a une autre bonne nouvelle » sourient les correspondantes des Échos et de l’AFP. Une adaptation du récit pour la télévision nationale française se dessine actuellement. Un producteur réputé, à l’identité gardée secrète pour l’instant, a apparemment fait lire le livre distribué en Métropole à des Vietnamiens de Paris « qui ont beaucoup aimé ». Bingo. Le format est défini : un docufiction, genre télévisuel très en vogue en ce moment. Le tournage est espéré cette année, pour partie en Nouvelle-Calédonie ou encore au Vietnam, pays dans lequel une future diffusion peut être, de fait, imaginée. « Nous aurons un œil sur le contenu », note Anne Pitoiset, écrivain qui, avec sa consœur, reste philosophe face à un tel enchaînement d’agréables surprises. « Comme tout cela a été très rapide, nous n’avons pas eu le temps de divaguer sur la suite. » André Dang, lui, se souviendra de 2010 : un livre sur son sol aimé, sans doute un film, et... les premiers des dix-sept modules constituant l’usine du Nord en août à Vavouto.

Par Yann Mainguet - Les Nouvelles Calédoniennes - 7 février 2010

Plus de 4 500 exemplaires vendus en Calédonie

Sorti le 20 novembre 2008 dans les librairies, Mystère Dang se vend bien en Nouvelle-Calédonie : plus de 4 500 exemplaires sont déjà passés entre les mains de lecteurs. « Au lancement, des professionnels nous disaient qu’à 1 000 unités, ce serait un succès », se souviennent Anne Pitoiset et Claudine Wéry. Bien au-delà des prévisions. Quelles sont les raisons du succès ? Sont citées l’histoire peu commune et la personnalité d’André Dang, la lecture facile du livre, la qualité de l’édition... La communauté vietnamienne a adhéré, « beaucoup de membres nous ont dit que le sujet devait être dit, révélé », notent les auteurs. « La réussite de l’homme » a intéressé et intéresse toujours.