Lors de ces entrevues, le chef de l'État a souligné que "l'Algérie est un ami fidèle du Vietnam" et que "le peuple vietnamien fera tout son possible" pour cultiver l'amitié entre les 2 nations. Selon lui, le Vietnam et l'Algérie sont géographiquement éloignés, mais très proches sentimentalement, d'autant plus qu'ils ont plusieurs similitudes dans les questions régionales et internationales. Alors, "les 2 parties doivent valoriser cette solide amitié afin d'en faire une force pour le développement économique, améliorant les conditions de vie des habitants de chaque pays respectif", a-t-il insisté.

Dans cet esprit, Nguyên Minh Triêt a proposé aux 2 pays d'intensifier l'échange de délégations de tous les échelons pour partager des expériences et d'accorder leurs positions au sein des forums régionaux et internationaux, d'élargir la coopération dans l'agriculture, la santé, l'éducation, la construction, le commerce... Le Vietnam souhaite exporter ses produits vers l'Afrique via l'Algérie, et est prêt à faire de même pour que les produits de ce pays pénètrent le marché asiatique.

Pour sa part, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a affirmé que le gouvernement algérien ferait tout son possible pour que la 9e réunion du Comité intergouvernemental Algérie-Vietnam, prévue en 2010 dans son pays, soit un succès. L'Algérie souhaite que le Vietnam partage ses expériences et intensifie la coopération dans l'agriculture, la construction et surtout la garantie de la sécurité alimentaire.

Les présidents du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et de l'Assemblée populaire nationale, Abdelaziz Ziari, ont souligné que les dirigeants et le peuple algériens étaient toujours convaincus devant les perspectives de coopération avec le Vietnam.

Ils ont estimé qu'actuellement, la diplomatie parlementaire jouait un rôle très important, raison pour laquelle le parlement algérien désire promouvoir sa coopération avec l'Assemblée nationale du Vietnam, mais aussi intensifier le partage d'expériences et s'entraider au sein des forums régionaux et internationaux.

Hier, le président Nguyên Minh Triêt a visité la route Hô Chí Minh tracée sur l'axe Est-Ouest, le plus grand d'Alger. Le début de cette route revêt une signification historique pour le peuple algérien. C'est là où il y a 56 ans, après la victoire de Diên Biên Phu du peuple vietnamien au dépend de la France, 6 combattants révolutionnaires algériens avaient fait un premier feu afin de déclencher l'insurrection armée pour l'indépendance nationale du peuple algérien.

Le même jour, M. Triêt a participé au Forum d'entreprises Vietnam-Algérie. Selon lui, la coopération bilatérale dans l'économie, le commerce et l'investissement n'est pas encore à la hauteur des relations politiques que les 2 pays ont nouées. Alors, les gouvernements, ministères, services et surtout les communautés d'hommes d'affaires des 2 pays doivent servir de locomotive pour dynamiser leur partenariat économique. "Le Vietnam accordera des conditions favorables aux investisseurs algériens, souhaitant que les entreprises des 2 parties coopèrent efficacement pour l'intérêt commun", a-t-il affirmé.

Le chef de l'État s'est également rendu dans la coentreprise gazo-pétrolière Vietnam-Algérie avant de quitter Alger, au terme de sa visite d'État du 13 au 15 avril dans ce pays nord-africain, à l'invitation du président Abdelaziz Bouteflika.

Par Hoàng Minh - Le Courrier du Vietnam - 16 avril 2010


Ouyahia sollicite les vietnamiens

Le Premier ministre M. Ahmed Ouyahia a affirmé, jeudi à Alger, que le nouveau programme quinquennal doté de plus de 200 milliards de dollars d'investissements publics, offre aux entreprises algériennes et vietnamiennes de nombreuses opportunités pour conclure des partenariats profitables pour les deux parties.

Dans une allocution prononcée à l'ouverture du forum d'affaires algéro-vietnamien M. Ouyahia a souligné que "les entreprises algériennes y gagneront avec l'expérience déjà forte des entreprises vietnamiennes. Les entreprises vietnamiennes y gagneront, quant à elles, sans aucun doute en élargissement de leur présence et de leur volume d'affaires à l'extérieur, ainsi qu'en dividendes appréciables."

Le Premier ministre a invité, dans ce sens, les chefs d'entreprises vietnamiens à bénéficier des avantages offerts aux investisseurs étrangers en vue de renforcer leur présence en Algérie, relevant le contexte de rentabilité et de sécurité économique dans lequel les entreprises vietnamiennes pourront évoluer.

"L'Algérie vous offre (...) la possibilité de mobiliser chez elle les crédits nécessaires à vos investissements en association avec les entreprises algériennes. Elle vous garantit également la sécurité de vos investissements et de vos transferts futurs grâce à sa propre solvabilité financière assise sur des réserves de change proches de 150 milliards de dollars", a-t-il fait savoir.

Devant un parterre d'hommes d'affaires vietnamiens et en présence du président de la République socialiste du Vietnam, M. Ngyen Minh Triet, M. Ouyahia a souligné la nécessité pour les deux pays de donner à leurs "relations privilégiées" , "un contenu plus substantiel dans le cours de la bataille du développement", mettant l'accent sur l'importance pour leurs économies de "partager leurs expériences respectives" et "mettre en commun leurs capacités appréciables". Le Premier ministre a rappelé, dans ce contexte, que l'Algérie a relancé depuis dix années la construction de son développement pour lequel, a-t-il poursuivi, "elle mobilise tous ses moyens enregistrant déjà des succès dans ce domaine".

Il a affirmé, à ce propos, que "l'Algérie a porté avec une dépense publique de plus de 150 milliards, un gigantesque effort de reconstruction nationale", ajoutant que "dans le même temps, elle s'est dotée d'une législation très avantageuse pour les investisseurs auxquels elle offre aussi une main d’œuvre bien formée et des avantages comparatifs certains".

Relevant les progrès réalisés, ces dernières années, par l'Algérie, M. Ouyahia a soutenu qu'elle "s'est libérée de la dette extérieure, et a enregistré un rythme de croissance continu qui a été de près de 9% l'année dernière hors du secteur des hydrocarbures, avec une inflation contenue aux environs de 5%".

Le Temps d'Algérie - 15 avril 2010