"Nous sommes honorés et heureux de discuter avec des amis vietnamiens de la victoire du 30 avril 1975", a déclaré Abdelkader Hassani, président d'honneur de l'Association d'amitié algéro-vietnamienne et aussi ancien combattant.

Hassani a ajouté que l'annonce de la libération du Sud du Vietnam avait été non seulement une bonne nouvelle pour le peuple vietnamien, mais avait également été acclamée par les Algériens, ainsi que par l'ensemble de la communauté progressiste dans le monde, qui a toujours soutenu spirituellement et matériellement le Vietnam dans sa lutte pour l'unification nationale. "Le colonialisme et l'impérialisme, ainsi que leurs valets n'arriveront jamais à contraindre la détermination et la volonté de libérer le pays d'un peuple épris d'indépendance comme le peuple vietnamien", a-t-il déclaré.

La victoire du 30 avril est, selon lui, étroitement liée au mérite du Président Hô Chi Minh qui a consacré toute sa vie à l'œuvre de libération de ses compatriotes et des peuples opprimés. Sai Gon, rebaptisée Hô Chi Minh-Ville après la libération du Sud, est la métropole économique la plus dynamique du pays que lui et ses amis aimeraient visiter une fois.

Partageant les sentiments de Hassani, Nguyên Huy Hoà, attaché de défense du Vietnam en Algérie a rappelé : de son vivant, l'Oncle Hô disait souvent que le Sud du Vietnam fait partie intégrale du Vietnam et que les compatriotes du Sud restaient toujours dans son cœur. Libération et unification nationales étaient ses seuls désirs avant sa disparition.

Nous avons passé en revue les principales étapes de la lutte victorieuse du printemps 1975, de la première bataille libérant la ville de Buôn Ma Thuôt le 11 mars aux combats de Huê-Dà Nang entre les 19 et 23 mars jusqu'à la campagne historique de Hô Chi Minh-Ville du 9 au 30 avril.

Les amis algériens ont rappelé les images de débandade des troupes adverses dans les hauts-plateaux du Centre, face à l'offensive vigoureuse de l'Armée de libération. Mais ce qu'ils admirent le plus, c'est l'esprit irréductible du peuple vietnamien et de son armée, animé par le souhait du Président Hô Chi Minh, alors que l'Administration pro-américaine possédait encore près d'un million de soldats avec des centaines d'avions, de chars et de navires de guerre.

Des anciens combattants algériens ont également évoqué les similitudes des 2 révolutions de libération nationale au Vietnam et en Algérie dans les premiers jours de la résistance.

Trjah Salem a fait l'éloge de l'esprit créateur des soldats vietnamiens et algériens qui ont su retourner les armes de l'ennemi contre lui. Quant à Latreche Amar, il a rappelé les combats des forces spéciales de Sai Gon et l'exemple de Nguyên Van Trôi dont le nom orne une rue de la capitale algérienne. Pour sa part, Boumghar Ali s'est souvenu de sa participation aux embuscades, une méthode commune aux combattants des 2 pays dans la lutte contre le colonialisme. La rencontre avec des vétérans algériens a réchauffé nos cœur et nos mémoires des impressions inoubliables sur les "frères de ligne de front" d'autrefois et des sentiments profonds du peuple algérien réservés au Vietnam.

Par Hoàng Chiên - Le courrier du Vietnam - 27 avril 2010