Les films vietnamiens Long thành câm gia ca (La chanson d'une personne qui joue d'un instrument à cordes à Thang Long) de Dào Ba Son et Trung uy (Lieutenant) de Hà Son sont en lice dans la catégorie fiction, en présence de huit autres œuvres.

Arthur et la guerre entre les deux mondes, un dessin animé français, est l'œuvre retenue pour inaugurer cette première édition, dans la soirée de ce dimanche. S'enchaîneront ensuite les projections durant cinq jours au Centre national du cinéma, au Megastar et au complexe cinématographique Platinum Cineplex.

`Tous les films qui seront présentés au public ne sont pas en compétition, ceux-ci relevant d'une catégorie propre intitulée "Cinéma du monde". Et ils sont 25, originaires de 18 pays et territoires, avec une grande variété : film d'art et autres film grand public des États-Unis, de la Chine, du Japon, de Hongkong, de la République de Corée, mais aussi de Roumanie, Thaïlande, Philippines, Luxembourg, Bangladesh, Pologne, Venezuela..., outre le retour d'un cinéma habitué depuis longtemps du Vietnam tels que ceux de la Russie, de l'Inde ou de l'Iran, et ce pour le plus grand plaisir des cinéphiles de la capitale et du pays.

À cette occasion, ces derniers auront aussi l'occasion de voir ou revoir 15 œuvres vietnamiennes contemporaines dont La lune au fonds du puits, La forêt noire, Hanoi Hanoi, Le petit cœur, Le gardien de buffle, Vivre dans l'angoisse, Mythe immortel, L'histoire de Pao, Ne le brûle pas !, À la dérive, La tenue en soie de Hà Dông, Le rebelle, Il fut un temps...

Un jury de prestige

Il faut reconnaître que l'envergure d'un festival cinématographique ne tient pas seulement aux oeuvres qui y sont présentées mais aussi aux membres de son jury... Pour cette première édition, le Comité d'organisation a voulu marquer le coup en conviant cinq "poids lourds" du milieu du cinéma mondial. Pour le Vietnam, c'est le réalisateur familier et Artiste du Peuple, Dang Nhât Minh. Les quatre autres jurés sont le réalisateur Phillip Noyce, titulaire de plusieurs prix de l'Institut et cinémathèque de l'Australie et réalisateur de plusieurs œuvres réputées telles que Salt, Un Américain bien tranquille…, du caméraman français François Cantonné, celui qui était derrière l'objectif du film Indochine de Régis Warnier, du directeur du festival du film de Venise, Marco Mueller, et enfin de l'actrice sud-coréenne Kang Soo Yeon, consacrée meilleure actrice à la Mostra de Venise et au festival du film de Nantes en 1986.

Par Diêu An - Le courrier du Vietnam - 15 octobre 2010