Les habitants de la nouvelle capitale birmane Nay Pyi Taw ont commencé à se rendre aux urnes à 06h00 locales.

Avant que l'élection générale ne débute, des électeurs se sont rassemblés devant un jardin d'enfants, situé dans le quartier de Zabuthiri, où se trouve la première circonscription électorale de l'élection du pays.

Cette élection parlementaire, la première de son genre à se tenir dans le pays depuis deux décennies, se déroule sous les yeux d'une douzaine de groupes de diplomates étrangers et d'officiels des Nations unies basés au Myanmar.

La presse nationale comme la presse étrangère basées au Myanmar ont été autorisées à couvrir le scrutin.

Au total, les 37 partis politiques dont la participation au scrutin a été validée par la commission électorale concourront pour se disputer les plus de 1.000 sièges parlementaires.

Plus de 3.000 candidats, dont 82 indépendants, sont en lice pour briguer les quelque 1.160 sièges parlementaires, incluant 326 sièges à la Chambre des représentants, 168 à la Chambre des nationalités et 665 aux parlements régionaux ou étatiques.

Selon la Constitution adoptée en 2008, la Chambre des représentants et la Chambre des nationalités constituent le parlement de l'Union, qui est chargé d'élire le président et les vice-présidents, ainsi que de former un nouveau gouvernement.

Le Parti de l'Union, de la solidarité et du développement (USDP), dirigé par le Premier ministre birman U Thein Sein, et le Parti d'Union nationale (NUP), dirigé par U Kyaw Aye, sont les deux principaux rivaux en lice pour s'adjuger la majorité à la Chambre des représentants.

L'USDP, le NUP et la Fédération des politiques nationales du Myanmar se disputent les sièges de la Chambre des nationalités.

Sur une population de 60 millions d'habitants, 29 millions d'électeurs qualifiés devraient participer à l'élection générale. 40.000 bureaux de vote au total ont été établis à travers le pays.

Les bureaux de vote devaient fermer leurs portes vers 16h00 locales (09h30 GMT), et le dépouillement des voix aura lieu de manière publique.

Le courrier du Vietnam - 8 novembre 2010