"Les projets d'exploitation de bauxite réalisés actuellement au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) présentent une sécurité totale", a-t-affirmé lors de la séance d'interpellations de l'Assemblée nationale.

Le responsable a encore souligné que ces chantiers satisfaient à toutes les normes de sécurité, tant au niveau technologique que de compétences ou d'adaptation aux conditions climatiques.

Pham Khôi Nguyên a fait savoir qu'une mission d'experts vietnamiens s'était rendue en Hongrie pour étudier les problèmes relatifs à l'accident industriel survenu dans une usine d'aluminium à l'ouest de Budapest.

Ils ont constaté que les technologies de construction de réservoirs de boue rouge hongrois dataient de 1942. Près de 70 ans après, l'industrie minière mondiale a beaucoup évolué, permettant au Vietnam de profiter des technologies dernier cri.

"De plus, la Hongrie n'a pas su prévoir de tels incidents, alors que nous avons fait le nécessaire sur ce point et sommes en mesure de contrôler une telle situation en demeurant dans les critères de sécurité", a ajouté le ministre Pham Khôi Nguyên.

Les ministères du Commerce et de l'Industrie, des Ressources naturelles et de l'Environnement ont également étudié les conséquences d'éventuels incidents tels que séismes et autres phénomènes naturels sur ces ouvrages. Le but est de garantir la sécurité des lacs-réservoirs de boue rouge du projet de complexe de bauxite-aluminium de Tân Rai (Lâm Dông), et du projet d'usine d'alumine de Nhân Co (Dak Nông).

Questionné par le député Nguyên Lân Dung de Dak Lak sur l'impact environnemental de ces lacs-réservoirs, le ministre du Commerce et de l'Industrie, Vu Huy Hoàng, a indiqué que "nous nous proposons d'inscrire ces ouvrages sur la liste des ouvrages de sécurité nationale importants", lesquels font l'objet de mesures de protection et de garantie de sécurité plus strictes que d'ordinaire.

Par Hà Minh - Le courrier du Vietnam - 24 novembre 2010