"L'introduction du poisson tra vietnamien dans la liste rouge est totalement inacceptable", a-t-il affirmé lors d'un point de presse donné hier à Hanoi. "Le WWF a fait tort en basant sur les critères des aliments d'environnement pour donner des avertissements sur la qualité du poisson tra du Vietnam", a-t-il affirmé. En réalité, l'élevage traditionnel a été totalement remplacé par les modèles industriels. Les aliments sont fournis par des compagnies de prestige répondant aux normes de sécurité en matière d'hygiène.

Représentant de l'Association vietnamienne de la pêche, Nguyên Tu Cuong a demandé au WWF de faire un errata sur les informations inexactes et de récupérer les brochures distribuées aux consommateurs. L'action du WWF a enfreint les principes de transparence et d'objectivité du WWF. En noircissant la réputation du poisson tra du Vietnam, le WWF a fait du tort au secteur sur ses débouchés en Europe. "Les organismes compétents des 28 pays de l'Union européenne, des États-Unis, de la Russie et de l'ASEAN ont tous reconnu que les produits aquatiques du Vietnam répondaient aux normes environnementales", a indiqué Nguyên Tu Cuong.

Ces dernières années, l'élevage du poisson tra dans le delta du Mékong fait l'objet d'une attention particulière. Le gouvernement a créé un comité de pilotage pour la production et l'écoulement. L'élevage est strictement contrôlé dans les lieux d'élevage, que ce soit pour les systèmes de traitement des eaux usées, les aliments, la qualité des alevins ou les soins sanitaires. Les usines de transformation sont également étroitement surveillées. Le pays compte plus de 6.000 ha destinés à l'élevage du poisson tra, dont les exportations cette année sont prévues à 1,4 milliard de dollars.

Par Thuy Tiên - Le courrier du Vietnam - 9 décembre 2010