Quê, docteur en médecine né en 1942, premier Vietnamien à avoir rejoint l'organisation Amnesty International il y a plus de dix ans, a été arrêté samedi à Ho Chi Minh-Ville (sud, ex-Saïgon), a précisé l'agence Vietnam News.

Lors d'une perquisition, la police a saisi des documents dont un "appel de tout le peuple" à manifester contre le gouvernement, a-t-elle ajouté. "Allons dans la rue pour démanteler le politburo", avait écrit le dissident dans un récent communiqué obtenu par l'AFP, appelant les jeunes à "tirer profit des mouvements démocratiques en Afrique et au Moyen-Orient", en référence notamment à la chute des présidents tunisien Ben Ali et égyptien Moubarak.

Un diplomate étranger a relevé que les troubles dans les pays arabes n'avaient eu, appel de Quê mis à part, aucun impact au Vietnam. Mais cela "ne veut pas dire que (les autorités) n'ont pas peur". C'est la quatrième fois que Quê est arrêté au cours d'une carrière de militant de plus de trente ans.

Il avait été interpellé pour la première fois en 1978 pour avoir appelé au multipartisme, trois ans seulement après la fin de la guerre du Vietnam, alors que le régime de Hanoï consolidait son emprise sur le pays nouvellement réunifié. En 1990, il avait été de nouveau arrêté pour son rôle dans un mouvement politique interdit puis condamné à 20 ans de prison. Il avait été ensuite amnistié et libéré en 1998, mais avait refusé de s'installer aux Etats-Unis.

Agence France Presse - 28 février 2011