Certains experts craignent que la pollution du lac Hoan Kiem ne provoque la mort de cet animal à carapace molle, espèce au bord de l'extinction, dont il ne reste que quatre spécimens vivants connus dans le monde.

Plusieurs centaines de personnes s'affairent jour et nuit pour nettoyer le lac. Des équipes retirent des débris, injectent de l'eau douce et agrandissent à l'aide de sacs de sable un îlot destiné à servir d'"hôpital à tortue".

La tortue de Hoan Kiem fait partie intégrante de la culture vietnamienne, et certains pensent même que l'animal est la créature mythique qui selon la légende aida un roi vietnamien à repousser une invasion chinoise au XVe siècle.

Alors que la tortue, qui nage seule dans le lac, se montrait rarement par le passé, elle apparaît en surface plus souvent depuis peu, laissant voir des blessures ouvertes à la tête, aux pattes et sur sa carapace qui ont alarmé l'opinion.

Des réunions ont été convoquées, un conseil créé et dix organismes gouvernementaux se sont mis au travail pour tenter de la sauver. La presse consacre quotidiennement des articles à l'animal, et de nombreux Vietnamiens se pressent sur les rives du lac dans l'espoir de l'apercevoir -un signe de chance.

"Pour les Vietnamiens, la tortue du lac d'Hoan Kiem est ce qu'il y a de plus sacré", explique le fonctionnaire à la retraite Nguyen Thi Xuan, 63 ans, venu de la banlieue de Hanoï pour tenter de la voir. "Elle a aidé les Vietnamiens à vaincre les envahisseurs étrangers et a également aidé le pays à avoir la paix. J'espère qu'elle vivra éternellement."

Long de 1,5 kilomètre, le lac est connu notamment pour son pont rouge conduisant à un temple niché sur un îlot. Sa promenade arborée est prisée des touristes et des habitants de Hanoï en quête de détente ou d'exercice physique.

Mais l'étendue d'eau est souillée par toutes sortes de rejets, des briques aux sacs en plastique en passant par les eaux usées. Il n'est pas rare de voir des hommes uriner directement dans l'eau boueuse.

La pollution tue la tortue à petit feu, estime le biologiste vietnamien Ha Dinh Duc. "Je pense que ses blessures ont été causées par des débris", explique le scientifique, qui étudie l'animal solitaire depuis 20 ans. "La mauvaise qualité de l'eau rend également les conditions insupportables pour elle."

Les sauveteurs espèrent attirer la tortue sur l'îlot agrandi à l'aide des sacs de sable pour soigner ses blessures. Mais si elle ne monte pas sur cette plateforme d'elle-même, un filet sera utilisé pour la capturer. Des échantillons de peau et de carapace seront prélevés pour analyse avant de déterminer le traitement à administrer.

L'âge et le sexe de la tortue sont inconnus, mais des experts estiment qu'elle a probablement entre 80 et une centaine d'années. D'un poids de 200 kilos, elle possède une carapace de 1,80m de long sur 1,20m de large. C'est probablement l'espèce de tortue d'eau douce la plus menacée au monde. Une autre "Rafeteus swinhoei" -son nom scientifique- se trouve au Vietnam et deux autres dans un zoo chinois.

Selon la légende, le roi Le Loï a vaincu les envahisseurs chinois au XVe siècle grâce à une épée magique offerte par les dieux. Après la victoire, il serait allé sur le lac à bord d'un bateau lorsqu'une tortue géante est apparue et a pris l'épée dans sa bouche avant de plonger dans l'eau pour la rapporter aux divinités.

Le lac a été plus tard baptisé "Ho Hoan Kiem" ("Lac de l'épée restituée"). Le mythe continue à être enseigné dans les écoles vietnamiennes et raconté dans des spectacles de marionnettes aquatiques.

The Associated Press - 5 mars 2011