La SBV a annoncé mardi soir tard une nouvelle hausse de son taux de refinancement à 12%, après une augmentation de 9 à 11% mi-février. Le taux d'escompte est pour sa part passé de 7 à 12%. "Le resserrement progressif de la politique monétaire montre que la SBV et le gouvernement visent clairement, bien que tardivement, une réduction de l'inflation en cessant de considérer la croissance comme une priorité", a commenté la société Daiwa Capital Markets.

La décision montre que "les autorités agissent désormais de façon plus agressive et active contre l'inflation", a renchérit la banque ANZ. Le Vietnam avait annoncé en février la quatrième dévaluation de sa monnaie, le dong, en 15 mois mais des analystes craignaient qu'elle ne suffise pas à réduire ses déséquilibres macro-économiques. Le pays asiatique connaît depuis de nombreuses années une forte croissance, mais ces déséquilibres - 12% d'inflation, 12,4 milliards de déficit commercial notamment en 2010 - ont forcé le Parti communiste au pouvoir à promettre en janvier un nouveau modèle de développement.

Le taux de refinancement est celui auquel les banques commerciales peuvent emprunter auprès de la Banque centrale pour augmenter leur capital. Le taux d'escompte concerne pour sa part des prêts à très court terme. L'augmentation du premier envoie un message clair pour que les banques fassent des choix, a estimé Vishnu Varathan, du groupe singapourien de consultants Capital Economics, évoquant l'objectif de limiter les prêts aux secteurs non productifs, dont l'immobilier et la bourse. Capital Economics estime que les récentes hausses des carburants (18%) et de l'électricité (15%) pourraient coûter 3 points d'inflation au Vietnam, et pronostique un pic au dessus des 15%

Agence France Presse avec Dow Jones Newswires - 9 mars, 2011