"En vertu de la réglementation, une fois sa santé revenue à la normale, il devra retourner en prison", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nguyen Phuong Nga.

"Il me semble que son état de santé est stable", a-t-elle ajouté, en précisant toutefois ne pas savoir précisément quelle décision avait été prise à l'égard du religieux.

Ly, 63 ou 64 ans selon les sources, avait subi trois attaques cérébrales d'après sa famille et avait affirmé en mars dernier qu'on lui avait en outre diagnostiqué une tumeur au cerveau.

Pendant son procès à Hué (centre) en 2007, il avait notamment été accusé d'être à l'origine du "bloc 8406", un mouvement pour la démocratie né le 8 avril 2006 et appelant ouvertement au multipartisme.

Avant cette dernière condamnation à huit ans de prison pour propagande contre l'Etat, il avait déjà passé 14 années derrière les barreaux.

Le secrétaire d'Etat adjoint américain aux droits de l'Homme, Daniel Baer, a récemment rencontré des responsables vietnamiens et a affirmé avoir abordé le sujet avec eux. "Nous continuons d'appeler à sa libération sans conditions comme nous l'avons toujours fait depuis sa première détention", a-t-il indiqué à la presse.

L'organisation Amnesty International avait de son côté alerté l'opinion il y a quelques semaines sur le risque que Nguyen Van Ly soit de nouveau incarcéré "malgré une santé fragile".

Agence France Presse - 10 mars 2011