Les graves dommages que subissent les réacteurs de la centrale nucléaire Fukushima I au Japon sont dus au séisme et au tsunami qui s'en est suivi le 11 mars dernier, lequel a balayé les générateurs indispensables au fonctionnement du système de refroidissement. "Les chances que le Vietnam soit affecté par cette catastrophes sont très minces", a affirmé Lê Dinh Tiên.

Selon les scientifiques nucléaires japonais et internationaux, l'accident de la centrale nucléaire Fukushima I est tout à fait différent de la tragédie de la centrale nucléaire Tchernobyl en 1986, en ce qui concerne la nature. La radioactivité des poussières dégagées par les explosions survenues au niveau de certaines parties des réacteurs est bien moins importante.

Immédiatement après l'accident de la centrale Fukushima I, le ministère des Sciences et des Technologies a mis sur pied une mission comprenant des gestionnaires et scientifiques afin de suivre les évolutions de l'accident et de se pencher sur la question du développement de l'électricité nucléaire au Vietnam. Selon les informations officielles, dont celles du Japon et de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), la cause de l'explosion survenue au niveau des réacteurs 1 et 3 est due à la technologie de conception obsolète de la structure, incapable de résister à un séisme d'une telle intensité (8,9 degrés de Richter).

D'après les scientifiques vietnamiens, l'accident de la centrale Fukushima I est une expérience dont le Vietnam saura tirer parti dans son processus de préparation à la construction de la première centrale nucléaire et à la réaction contre les catastrophes naturelles. Le choix de nouvelles technologies capables de résister aux cataclysmes fait l'objet des préoccupations des scientifiques. D'ailleurs, en dépit du fait que le Vietnam ne se trouve pas dans une région exposée à des risques sismiques d'importance, l'accident survenu au Japon rappelle à tous les pays le devoir d'établir des plans pour réagir efficacement et dans les plus brefs délais aux pires événements possibles.

Par Vuong Linh - Le courrier du Vietnam - 17 mars 2011