C'est ce qu'a affirmé Dinh The Huynh, membre du Bureau politique, secrétaire du CC du PCV et chef de la Commission centrale de la Propagande et de l'Education, lors d'une conférence des rapporteurs des villes et provinces du Nord et des organes et comités centraux du Parti, laquelle a débuté vendredi à Hanoi.

La réalité à travers les périodes de la Révolution montre que la propagande orale a un rôle très important qui contribue directement à améliorer la qualité comme l'efficacité des tâches idéologiques du Parti. Il s'agit d'une expérience pratique importante afin de poursuivre l'intensification des tâches de propagande orale.

Compte tenu de la situation actuelle dans le pays et dans le monde, plus que jamais les tâches d'idéologie politique doivent être intensifiées afin de créer une communion d'idée au sein du Parti et un consensus au sein du peuple afin que le pays puisse surmonter les difficultés. Le corps des rapporteurs doit faire preuve d'une conscience aïgue car ils sont auprès de la population et contribuent à sensibiliser cette dernière à l'idiologie politique, ainsi qu'à l'encourager à suivre les positions et politiques du Parti comme de l'Etat dans la vie quotidienne.

Une bonne réalisation de ces tâches de propagande contribuera à créer une communion d'idée au sein du Parti et un consensus au sein du peuple, de renforcer les convictions, d'encourager les mouvements révolutionnaires au sein de toutes les couches de la population, d'exploiter la force de grande union nationale et de disposer des capacités de mettre en échec tous les complots des forces hostiles à l'oeuvre d'édification et de défense de la Patrie.

Parallèlement à la propagande et à l'introduction des documents du Parti dans la vie quotidienne, les tâches de propagande orale doivent également veiller à encourager de nouveaux éléments, les exemples modèles comme les mouvements patriotiques et révolutionnaires au sein du peuple.

Le corps des rapporteurs et d'agents de propagande doivent participer activement à la lutte contre la bureaucratie, la corruption et le gaspillage, renforcer la propagande sur les mesures majeures du gouvernement pour la maîtrise de l'inflation, la stabilité de l'économie, l'assurance du bien-être social et le maintien de la stabilité sociopolitique, a indiqué Dinh The Huynh.

Face aux nouvelles exigences de la situation, ceux-ci doivent également servir de passerelle entre le Parti, l'Etat et le peuple, entre les organes centraux, les localités et les établissements.

Lors de cette conférence de deux jours, les participants écouteront des rapports sur la situation socioéconomique du premier trimestre de l'année et les prévisions pour le reste de l'année, sur les travailleurs vietnamiens à l'étranger, sur les résultats du rapatriement de ceux ayant travaillé en Libye et dans d'autres pays, sur la situation mondiale, sur les orientations des tâches de propagande...

Agence Vietnamienne d'Information - 18 mars 2011


RSF : pourquoi toujours le même scénario ?

L'organisation "Reporters sans frontières" (RSF) a rendu public le 12 mars les résultats d'une étude sur la liberté d'expression sur Internet.

Le secrétaire général de cette organisation, Jean-François Julliard, a affirmé dans un communiqué qu'environ 60 pays du monde contrôlent Internet à un divers degrés et procèdent à des exactions sur les citoyens du Net.

Il est singulier que RSF continue de rendre publique une liste des dix pays jugés comme "Ennemis d'Internet" dont les noms "très habituels" et toujours critiqués sont, entre autres, le Vietnam, Cuba, la Chine, le Myanmar, la République démocratique populaire de Corée, l'Iran...

L'Australie, la France, la République de Corée, le Sri Lanka, la Thaïlande et la Malaisie figurent parmi les "Pays sous surveillance".

S'agissant du Vietnam, la RSF traite d'affaires qu'elle considère comme une violation de la liberté de presse et a naturellement cité le blocage de Facebook sans préciser ses témoignages.

Cette organisation n'a pas oublié de condamner le gouvernement vietnamien pour avoir promulgué des instructions et des arrêtés pour renforcer le contrôle d'Internet, où l'obligation des cybercafés de fermer tôt leurs portes ou d'installer un logiciel pour bloquer l'accès à des sites "mauvais".

Se considérant d'elle-même comme une organisation de soutien de la liberté de presse, RSF a condamné Vietnam pour avoir détenu 17 citoyens du Net et l'a classé deuxième du monde en la matière, selon ses estimations.

C'est exactement que la RSF s'est moquée des lecteurs et les organisations du monde en pensant que ceux-ci croient facilement ses déclarations !

Pour démontrer le caractère vague de ces déclarations dépourvues de fondement, il suffit de prendre un exemple.

Si les "chercheurs" de RSF perdent leur temps à lire des articles publiés en 2010 et les précédentes années, ils pourront prendre connaissance de problèmes tels que les jeux en ligne et l'addiction qu'ils causent à certains jeunes, ou encore de sites pornographiques, lesquels génèrent des vices sociaux et font l'objet d'une actualité brûlante au sein de la société vietnamienne.

La gestion des cybercafés, notamment ceux situés à proximité des écoles, ainsi que le blocage des sites sales contraires aux bonnes moeurs comme aux traditions vietnamiennes sont donc politiquement considérées comme une obstruction à la liberté d'expression.

Les individus qui profitent d'Internet pour commettre des infractions à la loi sont réprimés comme dans n'importe quel pays civilisé du monde, mais sont reconnus par RSF en tant que "citoyens du Net héroïques".

On cite aussi les chiffres pour voir comment cet "Ennemi d'Internet" développe ce réseau global. Le Vietnam a commencé à entrer dans la "Toile d'araignée" en 1997. L'utilisation d'Internet au pays se développe fortement au fil des jours.

Selon les statistiques de l'an 2000 de l'Union internationale des Télécommunications (UIT), organisation spécialisée relevant de l'ONU, le nombre d'internautes vietnamiens qui n'était que de 200.000 personnes, soit 0,3% de la population, est passé en 2007 à 16,7 millions (19,7%), et à 24,26 millions (27,1%) fin 2010.

Ces données place probablement le Vietnam à proximité des 20 pays du monde ayant le plus d'internautes, selon World Internet Stats. Le Canada qui est 20e dans cette liste recense 26,2 millions d'internautes.

Le taux d'internaute au Vietnam approche la moyenne mondiale de 28,7% et est supérieur à celui de l'Asie (21,5%). Plusieurs pays que RSF mentionne dans sa liste des ennemis d'Internet ou devant être surveillés ont un taux d'Internautes très élevé par rapport à leur population.

Par ailleurs, les réseaux de socialisation ont connu un développement assez vigoureux au Vietnam. Les recherches publiées en mai 2010 par les réseaux sociaux Yahoo et Kantar Media ont montré que le partage d'articles ou de points de vues sur la Toile, ainsi que la participation aux forums étaient plus nombreux que la recherche d'amis sur le Net.

Selon certaines statistiques, le Vietnam comptait en décembre 2010 un total de six réseaux de socialisation des plus développés qui, classés dans l'ordre du nombre de membres, sont ZingMe avec 4,6 millions de personnes, FaceBook avec 3,5 millions, et Yahoo avec 3,1 millions, puis Yume avec 2,6 millions, GoOnline avec 1,6 million, et Tamtay avec un million.

D'autres réseaux sociaux moins importants sont aussi présents tels que KunKun, Cyworld, Yobanbe... FaceBook a avancé lui-même le chiffre de 2 millions de membres en janvier 2011.

Il est irraisonnable pour la RSF qui se croit extraordinaire pour juger le monde entier et accuser à un niveau différent 60 pays.

Cette liste de RSF pour 2011 et ses estimations inexactes ne sont quasiment pas différentes de celles de 2010, sauf le changement d'un pays ou deux pour sembler être objective. Il n'est pas difficile de prédire la liste que RSF va préparer les années à venir une fois que cette organisation n'arrive pas à enlever "la poutre dans son oeil". Et n'importe qui voit la liste-là ne pourrait dire autrement que "Pourquoi ressasser la même scénario..."

Agence Vitenamienne d'Information - 17 mars 2011