Le chauffeur de taxi Do Quoc Thai a expliqué que son passager lui avait demandé deux fois de ne pas d'arrêter à un feu rouge, selon le site internet du journal Tuoi Tre.

Devant son refus, le passager, identifié par le journal comme le major Bui Minh Thang, numéro deux de la police routière de la province de Hau Giang, aurait alors saisi le volant et menacé de l'abattre, avant d'utiliser une ceinture pour l'attaquer.

Griller les feux rouges est une pratique habituelle des conducteurs vietnamiens.

L'incident s'est produit dans la ville de Can Tho, dans le delta du Mékong, à l'extérieur d'un poste de police dont les agents ont alors fait entrer les deux hommes pour les interroger, selon le journal.

«Thang a menacé la police et demandé à un responsable dans la pièce de s'agenouiller et de s'excuser», a ajouté le site du journal qui indique avoir interrogé Thang qui aurait indiqué avoir bu du vin et de la bière avant de monter dans le taxi.

La police routière de Can Tho et celle de la province voisine de Hau Giang, qui serait dirigée par le père du Thang, n'ont pas répondu aux questions de l'AFP.

Dans un rapport l'an dernier, Human Rights Watch avait appelé le Vietnam à enquêter sur «la brutalité policière généralisée». L'ONG avait répertorié 19 incidents de brutalité policière, qui avaient causé la mort de 15 personnes.

Agence France Presse - 24 mars 2011