Le gouvernement communiste de Hanoï "a dissous des rassemblement religieux dans des maisons, orchestré des fausses renonciations à la foi et fermé la frontière pour empêcher les demandeurs d'asile de fuir au Cambodge", affirme l'organisation dont le siège est à New York.

"Plus de 70 Montagnards ont été arrêtés en 2010 et plus de 250 sont emprisonnés dans des affaires de sécurité nationale", ajoute-t-elle en s'appuyant notamment sur des articles de la presse locale.

Les religions au Vietnam doivent prêter allégeance au Parti communiste et celles qui refusent sont dans le collimateur du pouvoir.

Les autorités visent en premier chef le mouvement Dega, fondé par des exilés américains en lutte pour une autonomie des Hauts-Plateaux. Hanoï, selon HRW, affirme que de nombreux membres des Eglises indépendantes ou non officielles de cette région lui sont fidèles.

Au début des années 2000, des Montagnards, communauté majoritairement chrétienne, avaient manifesté pour réclamer le respect de leur liberté religieuse et la restitution de terres ancestrales.

Ces manifestations avaient été réprimées par les forces de sécurité vietnamiennes, poussant quelques 2.000 montagnards à fuir vers le Cambodge.

Un centre de l'ONU accueillant des réfugiés a été fermé en février à Phnom Penh, laissant le destin de futurs demandeurs d'asile aux mains du gouvernement cambodgien.

HRW a demandé aux Etats-Unis de réinscrire le Vietnam sur la liste des pays réprimant la liberté religieuse, dont il a disparu depuis 2006.

Agence France Presse - 31 mars 2011