Il s'agit là d'une bonne opportunité pour les entreprises françaises d'établir des partenariats et d'élargir leurs activités commerciales au Vietnam.

C'est ce qu'ont affirmé plusieurs chefs d'entreprises français lors de la 2e foire internationale sur les technologies expérimentales, d'analyse, de diagnostic et les biotechnologies (Analytica Vietnam), qui vient de se terminer à Hô Chi Minh-Ville.

D'après Nicolas Poirot, directeur général d'Air Liquide Vietnam, "le Vietnam doit bien analyser les produits avant de les exporter, afin de garantir une qualité optimales à ses crevettes, poissons et autres produits textiles. C'est capital pour son avenir". Par exemple, les entreprises vietnamiennes qui veulent exporter vers l'Europe doivent être certaines que la qualité de leurs produits répond aux critères draconiens de ce marché.

Concernant l'industrie chimo-pharmaceutique, l'envergure de ce secteur reste encore modeste au Vietnam, les technologies en la matière sont encore simples et la plupart des matières premières importées. Pourtant, l'industrie chimique vietnamienne devrait connaître une croissance de 10-15% dans les années à venir. "Les entreprises françaises sont prêtes à fournir des machines, des équipements et des technologies avancés", a déclaré Francis Pithon, directeur de la Chambre syndicale française des fabricants et négociants de matériel pour les laboratoires Fabrilabo.

Selon Jean-Louis Poli, directeur de la Mission économique UBIFRANCE, "les échanges commerciaux entre le Vietnam et la France ont bien progressé ces dernières années". Et la France occupe toujours le premier rang parmi les pays de l'Union européenne en termes d'investissement étranger au Vietnam.

Environ 300 entreprises françaises sont implantées au Vietnam, d'un capital enregistré total d'environ trois milliards de dollars, principalement dans les industries chimique et pharmaceutique, la construction. La France se classe 15e parmi les 93 pays et territoires investisseurs au Vietnam.

En 2010, les échanges commerciaux bilatéraux ont atteint près de deux milliards d'euros, soit 14% de plus qu'en 2009. Jean-Louis Poli a assuré que le marché vietnamien était "très attractif" pour les entreprises françaises.

Par Dang Huong - Le courrier du Vietnam - 15 avril 2011