Selon le site internet VNExpress, citant le magazine Nguoi Viet Nam Chau consacré aux Vietnamiens de la diaspora, celle dont l'Histoire se souvient sous le sobriquet de Mme Nhu est décédée dimanche dans un hôpital de Rome.

Le quotidien américain New York Times a confirmé son décès en citant sa soeur, Lechi Oggeri.

Née en 1924 à Hanoï, Mme Nhu est une des grandes figures de la guerre du Vietnam, une femme fatale calculatrice et sophistiquée alliant controverse, influence politique et déclarations fracassantes.

Les historiens et experts lui prêtent une influence énorme sur le président Diem, malgré la piètre estime en laquelle la tenaient les Etats-Unis.

Avide de visibilité médiatique, réclamant que les journaux l'appelent Mme Ngo, elle imposera notamment l'adoption d'un code de la famille faisant des femmes l'égal des hommes, et bannissant la polygamie, la divorce et l'adultère.

Elle intervint violemment à Washington en 1963 en accusant les Etats-Unis de trahison alors que se réduisait l'aide américaine au régime de Diem, assassiné peu après. Et fit scandale notamment en qualifiant de barbecue l'immolation par le feu de moines bouddhistes opposés à la dictature de son beau-frère.

Francophone, issue d'une riche famille aristocratique, elle avait épousé en 1943 Ngo Dinh Nhu, frère de Ngo Dinh Diem, alors parti aux Etats-Unis pour monter un mouvement nationaliste anti-communiste.

Brièvement détenue par des soldats Viet Minh emmenés par Ho Chi Minh en 1946, au début de la guerre contre les Français, elle rejoint Saïgon (devenue Ho Chi Minh-Ville) en 1953 avec Nhu, qui organise des manifestations anti-coloniales et anti-communistes.

En 1954, dans la foulée des accords de Genève qui coupent le pays en deux tout en lui accordant l'indépendance, l'empereur vietnamien Bao Dai, réinstallé par les Français, appelle Diem des Etats-Unis pour en faire son Premier ministre.

L'année suivante, lors d'un référendum truqué, Diem prend le pouvoir et fonde la République du Vietnam qu'il dirige d'une main de fer avec le clan Ngo composé de plusieurs de ses frères.

Célibataire, il gouverne sous influence de Nhu et de sa belle-soeur, qui devient alors de facto la première dame du pays jusqu'à l'assassinat des deux hommes en 1963 au terme d'un complot de CIA, alors qu'elle se trouvait aux Etats-Unis.

Mère de quatre enfants, elle avait partagé les dernières années de sa vie entre la France et l'Italie.

Agence France Presse - 27 avril 2011