Selon Nguyên Kim Quang, chef du bureau de formation (Université nationale de Hô Chi Minh-Ville), la filière du nucléaire est prometteuse. Ses étudiants pourront facilement trouver un emploi après obtention de leur diplôme. Car les hôpitaux ont besoin de spécialistes des soins par radiothérapie. Sans oublier tout le personnel nécessaire au bon fonctionnement de la future première centrale nucléaire du pays.

Pour l'heure, cinq universités dispensent une formation dans le nucléaire. Il s'agit de l'Université des sciences naturelles (Université nationale de Hô Chi Minh-Ville), l'Université de l'électricité, l'Université Dà Lat, l'École polytechnique de Hanoi, l'Université des sciences naturelles relevant de l'Université nationale de Hanoi. S'y ajoutent trois instituts : celui de l'énergie atomique du Vietnam ; de la physique et de l'électronique ; des sciences et des technologies du Vietnam.

Concernant le personnel, les statistiques du ministère de l'Éducation et de la Formation montrent que ces cinq universités ne comptent qu'une cinquantaine de professeurs spécialisés dans la formation et la recherche dans le nucléaire. Au niveau national, seuls 500 scientifiques sont spécialisés dans les technologies nucléaires, essentiellement à l'Institut de l'énergie atomique du Vietnam, au Département de la sûreté radiative et nucléaire, aux Universités Dà Lat et de l'électricité... Tandis que selon les prévisions, la première centrale nucléaire du Vietnam d'une puissance de 2.000 MW devrait être mise en service en 2020 dans la province de Ninh Thuân (Centre), nécessitant environ 2.400 employés.

D'ailleurs, la gestion et l'application du nucléaire ont besoin également de former 650 ingénieurs, 250 masters et docteurs, dont 100 diplômés de master et de doctorat dispenseront la formation dans les établissements de formation du nucléaire. Le problème est que le pays n'est capable de former chaque année qu'une centaine d'ingénieurs, de licenciés, de titulaires d'un master et de docteurs du nucléaire. De fait, si rien ne change, seul un millier d'éminents spécialistes du secteur ne pourra être formé d'ici 2020, soit le tiers des besoins en personnel (3.000 personnes) pour le fonctionnement de ces deux centrales en 2020.

Opportunités d'emploi

Les jeunes souhaitant suivre la filière du nucléaire peuvent déposer leurs dossiers aux écoles dispensant la formation de la physique nucléaire ou des technologies nucléaires. Châu Van Tao, doyen du Département physique (Université des sciences naturelles de Hô Chi Minh-Ville), déclare que les étudiants formés en physique/physique appliquée seront sélectionnés, après deux ans de formation générale, pour la spécialité de la physique nucléaire. Ils acquerront des connaissances profondes leur permettant de devenir plus tard, enseignants ou experts dans les centres de recherche sur les technologies environnementales ou dans les hôpitaux.

Actuellement, la plupart des hôpitaux spécialisés dans la cancérologie, comme Cho Rây, emploient des étudiants diplômés en physique nucléaire. La spécialité physique nucléaire du Département physique de l'Université des sciences naturelles de Hô Chi Minh-Ville demeure l'unique unité du Sud prodiguant une formation en ingénierie de la physique médicale.

Cette université ouvrira en 2012 un cursus de l'énergie et de la technique nucléaires avec trois spécialités : technique nucléaire, énergie nucléaire et centrale nucléaire, physique médicale. Chaque année, l'école accueillera de 50 à 100 étudiants. "Après l'obtention de leur diplôme, les étudiants seront capables de répondre aux besoins du secteur nucléaire", affirme Châu Van Tao.

Par Giang Ngân - Le courrier du Vietnam - 29 avril 2011