Le Laos va engager des conseillers pour mener une étude concernant l'inquiétude du Vietnam à propos du barrage de Xayaburi, a précisé à l'AFP Daovong Phonekeo, directeur général adjoint du Département d'électricité du Laos.

Le Vietnam, mais aussi le Cambodge et la Thaïlande, membres avec le Laos du la Commission régionale du Mékong (MRC), tentent de persuader Vientiane de reporter le projet, jugeant les études d'impact insuffisantes.

Mais le Laos pense toujours qu'il est peu probable que l'étude confirme ces inquiétudes, a ajouté Daovong Phonekeo, précisant que les nouveaux travaux seraient financés par le groupe thaïlandais CH. Karnchang Public Co, un des principaux partenaires de la construction de la centrale hydroélectrique.

La presse vietnamienne avait annoncé lundi que le Premier ministre du Laos Thongsing Thammavon avait promis à son homologue vietnamien Nguyen Tan Dung de suspendre le projet.

Ce barrage de 3,8 milliards de dollars et d'une capacité de 1.260 mégawatts, est le premier d'une série de onze ouvrages prévus sur le bassin inférieur du fleuve.

Vietnam, Cambodge, Thaïlande et Laos se sont mis d'accord pour travailler ensemble à la gestion du Mékong au sein de la MRC, créée en 1995. Une étude demandée par la commission avait suggéré en octobre la suspension pour dix ans de la construction des barrages, le temps d'étudier les risques encourus par l'écosystème et les populations riveraines du fleuve.

Selon la MRC, plus de 60 millions de personnes dans les quatre pays membres dépendent du fleuve pour leur transport, leur alimentation et leurs activités économiques.

Le Mékong prend sa source en Chine, traverse le Laos, lui sert de frontière avec la Birmanie et la Thaïlande, avant de poursuivre son cours au Cambodge et de former un delta dans le sud du Vietnam.

Agence France Presse - 10 mai 2011