Des centaines de Hmong se cacheraient se cacheraient toujours dans les montagnes, craignant d'être arrêtés. Selon les témoignages de 5 à 7.000 Hmongs se sont heurtés à l'armée vietnamienne début du mois. Une organisation basée aux États-Unis affirme qu'il y aurait 28 morts et des blessés. Invérifiable. Les accès à la zone sont complètement fermés. Les autorités reconnaissent que « plusieurs personnes s'étant comporté de manière excessive » ont été arrêté. Une ONG a dénombré 130 arrestations. Joint par la BBC, un pasteur chrétien qui a pu rejoindre la ville bouclée de Dien Bien, sur la frontière laotienne, explique que des milliers de Hmongs s'y étaient rassemblés dans l'espoir d'assister au retour du Christ sur terre. Beaucoup de membre de cette ethnie, à la base animiste, se sont convertis au christianisme. Le Ministère vietnamien des affaires étrangères - qui dénonce la propagation d'informations « excessives », « déformées » - confirme qu'il y a eu un rassemblement de gens qui attendaient (je cite) qu'une force surnaturelle les conduisent à une terre promise. Au lieu de cela, c'est que c'est l'armée qui est arrivée. Le Ministère affirme que de activistes ont profité de la situation pour mobiliser la foule en faveur de la création d'un royaume indépendant. Les militaires se sont immédiatement déployés. Ne pouvant reprendre le contrôler de la situation, ils auraient entrepris d'isoler la région de Dien Bien. Toutes les communications et l'électricité ont été coupées, indique un prête qui suit les événements depuis Sapa.

«La zone est un trou noire », dénonce Human Right Watch. Aucun journaliste n'y a accès. Cette région est l'une des plus pauvres du Vietnam. Et les Hmongs vivent dans des conditions particulièrement rudimentaires. Ils se disent depuis longtemps discriminés. Ils n'auraient pas fini de payer leur ralliement aux américains du temps de la guerre du Vietnam. Il en va de même au Laos, où le régime à effroyablement écrasés les rebelles Hmongs traqués pendant trente ans. Beaucoup ont fuit en Thaïlande et un peu partout dans le monde. A Washington, la semaine dernière, des exilés ont plaidé pour que des pensions de vétérans soient accordés aux milliers de Hmongs ayant combattu pour les américains pendant la guerre.

Par Robin Cornet - RTBF.be - 18 mai 2011