Selon Vuong Van Kiêt, vice-président du Comité populaire de Thanh Hoa, chef de la délégation vietnamienne à cette session, il s'agissait d'un des quatre patrimoines culturels examinés lors de la réunion au matin du 27 juin de l'UNESCO et d'un des 35 vestiges proposés pour être examinés à cette session.

La citadelle des Hô, également dénommée citadelle de Tây Dô ou d'An Tôn, a été construite en 1397 par Hô Quy Ly, sur le territoire des communes de Vinh Long et Vinh Tiên, district de Vinh Lôc, province de Thanh Hoa. Une terre en accord avec les règles géomanciques de l'époque, avec la montagne des Thô Tuong au Nord, celle de Nguu Ngoa à l'Ouest, celle de Hac Khuyên à l'Est et la confluence des rivières Ma et Buoi au Sud.

Un ouvrage architectural militaire typique

D'une superficie d'environ un kilomètre carré, la citadelle des Hô est de forme rectangulaire (900 m x 700 m), avec trois parties principales : réseau extérieur de douves de 20-40 m de large, muraille de 5-6 m de haut, et cité impériale. La muraille est constituée de blocs de taille de 5,1 m x 1,5 m x 1,3 m, voire plus dans certains tronçons, pesant de 10 à 25 tonnes qui, selon les chercheurs, ont été assemblés avec un liant végétal à base de bagasse de canne à sucre.

La citadelle possède quatre portes à ses quatre côtés (Est, Ouest, Sud, Nord). Celle du Sud, la plus grande, mesure 38 m de large et 10 m de haut, avec trois porches en voûte.

Il reste dans la cité impériale quelques vestiges archéologiques, par exemple l'esplanade du Nam Giao, une pagode, un chemin dallé de pierres vertes, mis au jour en juin 2008, à 40-60 cm sous terre.

La citadelle des Hô revenait aux dynasties Trân et Hô. De 1397 à 1407, elle a été la capitale du pays (fin de la dynastie des Trân et début de celle des Hô). Elle témoigne des échanges avec d'autres cultures de la région dont la culture chinoise, et aussi de la rénovation de la dynastie des Hô, dirigée par Hô Quy Ly (1336-1407). "Il reste encore dans cet ouvrage des mystères en ce qui concerne la technique d'exploitation et l'agencement des gros blocs de pierre, ainsi que sa construction qui n'a duré que trois mois en 1397, et son existence presque intacte après plus de 600 ans", a fait remarquer M. Vuong Van Viêt.

Selon des experts, la citadelle des Hô était non seulement un centre politique, culturel, socio-économique important, mais aussi l'ouvrage militaire le plus grand et le plus original dans toute l'Asie du Sud-Est. Pour sa part, le chercheur français L. Bezacier a affirmé que "la citadelle des Hô constitue l'un des ouvrages architecturaux les plus beaux du Vietnam".

La citadelle des Hô, vieille de 600 ans, a été conservée presque intacte, au milieu d'un paysage champêtre magnifique. Ce sont ses particularités uniques en Asie du Sud-Est qui ont permis à la citadelle d'entrer dans la liste des patrimoines culturels mondiaux.

Une réussite de la diplomatie culturelle du Vietnam

"La reconnaissance de la citadelle des Hô ainsi que d'autres sites vietnamiens en tant que patrimoine culturel mondial par l'UNESCO témoigne du succès de la diplomatie culturelle du Vietnam", a affirmé l'ambassadeur Duong Van Quang, chef de la Représentation permanente du Vietnam auprès de l'UNESCO, lors d'une interview accordée à des correspondants de l'Agence vietnamienne d'Information (AVI) à Paris. Pour lui, cela justifie par ailleurs le prestige croissant du Vietnam sur la scène internationale.

Désormais, le Vietnam compte sept sites reconnus patrimoine naturel ou culturel mondial, à savoir : la Baie de Ha Long, le Parc national de Phong Nha-Ke Bàng, le vieux quartier de Hôi An, la cité impériale de Huê, le secteur des vestiges architecturaux de My Son, la citadelle de Thang Long et, enfin, la citadelle des Hô. En outre, le Vietnam possè de deux patrimoines culturels immatériels de l'humanité reconnus par l'UNESCO : le nha nhac - musique de la Cour de Huê et l'espace de la culture des gongs du Tây Nguyên (Hauts plateaux du centre). Sans compter le quan ho (chant alterné) de Bac Ninh et le ca trù (chant des courtisanes), fraîchement inscrits à la liste des patrimoines culturels immatériels nécessitant une sauvegarde urgente de cette organisation culturelle mondiale.

Par Lê Hà - Nghia Dàn - Le courrier du Vietnam - 29 juin 2011