Sciences et Avenir avait eu la chance, en 2006, d’accompagner Georges Condominas sur les hauts plateaux du Viêt Nam, où il avait retrouvé les villageois de Sar Luk, non loin de la frontière avec le Cambodge. L’ethnologue, né en 1921 à Haiphong, y avait passé deux ans de sa vie, soixante ans auparavant, et recueilli histoires et objets du lieu.

Ce « Proust de l’ethnologie », comme l’avait appelé Claude Lévi-Strauss, avait écrit un livre à partir de cette expérience, qu’il faut lire (ou relire) : Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Gôo. Livre qui avait marqué plusieurs générations d’ethnologues. Beaucoup l'avaient (re)découvert à l’occasion de l’exposition « Nous avons mangé la forêt » que le musée du Quai Branly, tout juste ouvert, avait consacré à Georges Condominas, chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Par Dominique Leglu - Sciences et Avenir.fr - 17 juillet 2011