"Nous appelons le gouvernement vietnamien à libérer immédiatement" Nguyen Van Ly, a déclaré une porte-parole du Département d'Etat américain, Heide Bronke Fulton.

"Aucun individu ne devrait être emprisonné pour avoir exprimé sa liberté de parole", a-t-elle ajouté, insistant pour qu'il puisse continuer à être soigné pour sa tumeur cérébrale.

Le père Ly, dont les Etats-Unis prennent la défense depuis des années, avait été condamné en 2007 à huit ans de prison pour propagande contre l'Etat, notamment accusé d'être à l'origine du "bloc 8406", un mouvement pro-démocratie né le 8 avril 2006 et appelant au multipartisme dans un pays où le Parti communiste exerce un pouvoir sans partage.

Sa peine avait été suspendue pour un an par la justice en mars 2010 pour raisons médicales.

"Renvoyer le père Ly en prison ne fait qu'aggraver la cruauté et l'injustice de sa condamnation de départ", a commenté mercredi Human Rights Watch, notant qu'il devrait encore passer cinq années derrière les barreaux puis cinq autres en résidence surveillée.

Pour Amnesty International, Ly est "un prisonnier de conscience, emprisonné uniquement pour son travail pacifique en faveur de la démocratie", et n'aurait "jamais dû être arrêté en premier lieu".

La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale, organisme qui conseille le gouvernement américain, a de son côté souligné que Washington avait récemment aidé Hanoï dans son conflit territorial avec Pékin en mer de Chine du Sud.

"Et en réponse, ils arrêtent un prêtre catholique fragile qui a milité pacifiquement pour la liberté religieuse et l'état de droit", a commenté son président Leonard Leo.

"L'administration Obama ne peut pas poursuivre une stratégie qui met en avant les intérêts du Vietnam en matière de sécurité et d'économie sans attendre des améliorations concrètes concernant les intérêts américains en matière de liberté religieuse et d'état de droit", a-t-il insisté.

Les deux anciens ennemis ont rétabli leurs relations diplomatiques en 1995, vingt ans après la fin de la guerre, et n'ont cessé depuis de multiplier les programmes de coopération y compris dans le domaine militaire.

Agence France Presse - 27 juillet 2011


Nguyen Van Ly remis en détention

Nguyen Van Ly a été escorté lundi à la prison pour continuer de purger sa peine décidée le 30 mars 2007 par le Tribunal populaire de la province de Thua Thien-Hue (Centre).

Auparavant, en mars 2010, incarcéré dans la prison de Ha Nam, province du même nom au Nord, Nguyen Van Ly était tombé malade. Le Tribunal populaire de la province de Ha Nam avait alors décidé de suspendre sa peine pour lui permettre de suivre un traitement médical à l'Archevêché de Huê (69, rue Phan Dinh Phung de la ville de Huê) pendant un an, à partir du 15 mars 2010.

Cependant, pendant cette période, Nguyen Van Ly a poursuivi ses activités violant la loi. Il a rédigé, recelé et distribué des documents aux contenus contre le Parti et l'Etat vietnamiens et excité la population à troubler l'ordre social, à organiser des manifestations...

Malgré la prorogation du délai de suspension de sa peine ainsi que les avertissements des organes compétents, Nguyen Van Ly s'est montré obstiné, ignorant la loi de l'Etat.

Nguyen Van Ly est né en 1946 dans la province de Quang Tri (Centre). Malgré son titre du prêtre, Nguyen Van Ly a systématiquement violé la loi vietnamienne. Il a été arrêté et mis en prison plusieurs fois.

Agence Vietnamienne d'Information - 25 juillet 2011