"Pour qu'un quartier soit considéré comme ethnique, il y a quatre critères à considérer: il doit y avoir une forte concentration d'une même population, on doit y retrouver des commerces qui répondent aux besoins de cette population, au moins un lieu de culte et une association qui représente les gens de l'ethnie en question", explique Ivan Drouin, fondateur de Kaléidoscope qui propose des visites thématiques à Montréal. Lui-même résident du secteur, il a vu émerger un véritable quartier vietnamien au cours des dernières années. Le secteur est délimité au nord par la rue de Castelnau, au sud par Beaubien, à l'est par Christophe-Colomb et à l'ouest par l'avenue du Parc.

Lieux de culte

La visite s'amorce donc à l'église Cao Dai, rue Saint-Urbain. Pour s'imprégner réellement de l'atmosphère de ce lieu de culte, il faut s'y présenter le dimanche matin, alors que la communauté caodaïste y est réunie. "Les Vietnamiens sont très accueillants et chaleureux, et à l'église Cao Dai, les visiteurs sont les bienvenus", assure Ivan Drouin. Un élément peut surprendre le néophyte: les participants y portent un costume. Il s'agit d'une longue toge blanche avec un chapeau noir. Le caodaïsme est une doctrine qui se base sur des principes provenant du bouddhisme, du confucianisme et du taoïsme. Jeune, la religion s'est réellement implantée au cours des années 70 et seule une minorité vietnamienne y adhère. En sortant de l'église, on remarque l'oeil symbolique qui décore la façade.

Un peu plus loin, rue Alma, on découvre un temple bouddhiste. On remarque immédiatement l'imposante statue en devanture. "Il s'agit d'une représentation de la vertu de la compassion", précise le guide qui tente de rectifier certaines idées erronées qu'on peut se faire du bouddhisme. Cette statue à l'allure de femme ressemble à une déesse, mais c'est plutôt la représentation d'un état, tout comme bouddha, qui n'est pas un gros bonhomme, mais plutôt un état. On devient bouddha lorsque l'on est "éveillé". Là aussi, on accueille les visiteurs qui peuvent en apprendre un peu plus sur cette religion. Des moines y demeurent en permanence. Ils sont vêtus d'habits de couleurs différentes selon leur rang. Quelques minutes à l'intérieur et on se croit transporté.

Culture culinaire

En arpentant ce tronçon de la rue Saint-Denis, on peut également apercevoir des canards dans les vitrines. "Il ne s'agit pas de canard laqué! Les Vietnamiens apprêtent le canard à la hongkongaise. Il est plus juteux et tout aussi délicieux que le canard laqué", précise le connaisseur.

De nombreuses épiceries sont à découvrir dans le quartier, comme le Marché oriental St-Denis. On y entre et on profite des odeurs multiples, des légumes et fruits inconnus. Les comptoirs regorgent de variétés typiques à découvrir comme le durian, le pitaya et les champignons noirs.

Qui ne s'est jamais régalé d'une bonne soupe tonkinoise au bouillon si réconfortant? Si l'on veut en manger, mais aussi découvrir d'autres mets typiquement vietnamiens, le restaurant Y Lan a la réputation d'être un des meilleurs du quartier. "On y sert un bún cha délectable. C'est une grande assiette de porc caramélisé avec légumes, verdure et un bouillon fumant", décrit Ivan Drouin. Tout ça pour généralement moins de 20$ au souper.

En soirée, on prend son courage à deux mains et on se risque au karaoké vietnamien. Quelques soirs par mois en effet, le restaurant est pris d'assaut par des amateurs de musique qui viennent y chanter les succès pop traduits en vietnamien. Dépaysement garanti !

Carnet d'adresses :

Église Cao Dai: 7161, rue Saint-Urbain, Montréal - Temple bouddhiste: 6645, rue Alma, Montréal, 514 279-9115 - Restaurant Y Lan: 6425, rue Saint-Denis, Montréal, 514 495-3812 - Marché oriental St-Denis: 7101, rue Saint-Denis, Montréal, 514 271-7878

Par Catherine Chantal-Boivin - Voir.ca - 28 juillet 2011