Les statistiques de l'Association du textile-habillement du Vietnam (VITAS) montrent que les exportations d'articles de textile-habillement sur les dix premiers mois de l'année ont enregistré de bons résultats. Jusqu'à mi-octobre, les articles de textile-habillement ont rapporté au pays plus de 11 milliards de dollars, en croissance de près de 35% par rapport à la même période de l'an dernier. Les trois marchés les plus importants du Vietnam restent toujours les États-Unis, l'Union européenne (UE) et le Japon. Cette année, "le secteur pourra atteindre son objectif annuel", a affirmé Pham Xuân Hông, vice-président de la VITAS. Néanmoins, pour atteindre 13-13,5 milliards de dollars de valeur des exportations d'ici la fin de cette année comme fixé dans l'objectif, les exportations mensuelles devront atteindre en moyenne 1,1 milliard de dollars au cours des deux derniers mois de l'année.

Mais entre octobre et novembre, de nombreuses entreprises du secteur, notamment les petites entreprises (PME) observent une nette chute des commandes pour les derniers mois de l'année et se heurtent à une concurrence féroce en termes de prix lorsqu'il s'agit de négocier les contrats pour l'an prochain.

Une chute de 10-15%

Pham Xuân Hông, vice-président de la VITAS a confirmé cette situation. "Il n'y a pas d'annulation de contrats, mais les commandes des entreprises ont chuté", a-t-il remarqué. Avant d'ajouter que les difficultés économiques touchant de plein fouet plusieurs pays qui, au passage, sont les plus grands importateurs du Vietnam, nuiront aux activités des entreprises exportatrices d'articles de textile-habillement pour les derniers mois de l'année et le début de l'an prochain. Les articles les plus touchés par la chute de commandes sont les vestes. Les commandes de ces articles ont diminué de 30% pour plusieurs entreprises.

"D'habitude, cette période est le moment où nous faisons le plein de commandes pour les derniers mois de l'année. Mais pour l'heure, nous manquons même de contrats pour le mois de décembre !", a confirmé Nguyên Van Dô, directeur général du DHA Group. Il a précisé que le nombre de commandes de l'étranger passées à son entreprise ces derniers mois de l'année a chuté de 15-20% par rapport à la même période de 2010.

Les mois d'octobre et de novembre sont la période de réception des commandes pour la saison printemps-été 2012, mais le nombre de contrats conclus dans bon nombre d'entreprises est en baisse de 10-15% par rapport à la même période de l'an dernier. La compagnie générale May 10 en fait partie. "Les signes de stagnation dans la réception des commandes pour les 1e et 2e trimestres de 2012 sont visibles", a affirmé Thân Duc Viêt, son directeur exécutif.

La situation fait dire à Lê Tiên Truong, directeur général adjoint du Groupe du textile-habillement du Vietnam (Vinatex) que les perspectives ne sont pas bonnes pour le premier semestre 2012.

Conquérir de nouveaux marchés

Les États-Unis sont le plus gros importateur d'articles textiles du Vietnam, représentant la moitié de la valeur des exportations du secteur. La VITAS met l'accent sur ce marché traditionnel qui est toujours sa première priorité. Prochainement, la VITAS collaborera avec le ministère de l'Industrie et du Commerce pour renforcer les activités de promotion du commerce sur ce marché. Parallèlement, la VITAS appelle les entreprises à s'intéresser aux autres marchés comme l'UE, le Japon, la Russie et le Moyen-Orient.

Le ministère de l'Industrie et du Commerce a fait savoir qu'outre les marchés traditionnels, les articles de confection du Vietnam avaient aussi de grandes opportunités de se faire une place de choix sur les nouveaux marchés comme l'Angola, la Nouvelle-Zélande et Cuba. Les exportations vers la Chine, l'Inde et la Thaïlande sont aussi prometteuses. "Beaucoup d'entreprises cherchent à conquérir ces nouveaux marchés et ont réussi", a informé Pham Xuân Hông, en prenant pour illustration les exportations textiles vers Cuba qui ont atteint 892.000 dollars, le Brésil (16 millions de dollars) et l'Inde (11 millions de dollars).

Toujours d'après Pham Xuân Hông, vice-président de la VITAS, outre les soucis en termes de débouchés, les entreprises du secteur textile sont confrontées aux risques d'instabilité en ce qui concerne la main-d'œuvre. Pour minimiser ces risques, la VITAS a demandé à ses entreprises membres de bien s'intéresser aux politiques salariales en vue de maintenir leurs effectifs.

Par Linh Thao - Le courrier du Vietnam - 11 novembre 2011